/news/currentevents
Navigation

Un policier coupable d'avoir utilisé un radar sans formation

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un policier de la Sûreté du Québec (SQ) a plaidé coupable à des accusations d'avoir rédigé de faux rapports et fabriqué de faux documents puisqu'il a donné des centaines de contraventions pour excès de vitesse sans avoir l'autorisation d'utiliser un cinémomètre.

Sébastien Grenier, un patrouilleur du poste autoroutier de l'Estrie, situé à Sherbrooke, a donné 523 constats d'infraction pour excès de vitesse entre juin 2011 et octobre 2013. Or, il n'avait reçu aucune formation préalable pour se servir du cinémomètre au laser (radar) qu'il utilisait pour capter la vitesse des automobilistes.

Toutefois, rien dans la preuve soumise au procès ne démontre que, malgré l'absence des qualifications requises, l'accusé aurait fait une mauvaise utilisation de l'appareil.

Dénoncé à l'interne, Sébastien Grenier avait fait l'objet d'une enquête de la Direction des normes professionnelles de la SQ, ce qui avait mené au dépôt des accusations contre le policier. M. Grenier est actuellement suspendu avec solde.

Le procès n'a pas permis d'apprendre, pour le moment, si les supérieurs immédiats de M. Grenier étaient au courant qu'il utilisait l'appareil sans avoir reçu la formation adéquate.

Le policier doit revenir en cour le 16 février prochain pour connaître sa peine.