/opinion/columnists
Navigation

Défendre le français, est-ce raciste ?

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques semaines, on a assisté à un étonnant et réjouissant retour de la question linguistique. Cela a commencé dans une boutique Adidas pour culminer à l’Assemblée nationale avec l’affaire du « bonjour-hi », où nos députés ont finalement compris, ou du moins, feint de comprendre, que l’anglicisation de Montréal n’avait rien d’un fantasme.

Francisation

Il faut dire qu’on a réappris au même moment ce que nous savions déjà : la francisation des immigrants est un échec.

Un jour, et ce jour viendra bientôt, à moins qu’il ne soit déjà passé, il ne sera tout simplement plus possible de renverser la tendance et Montréal consacrera pratiquement sa séparation d’avec le reste du Québec.

Hier encore, les Québécois se battaient pour un Québec français. Mais depuis des années, ils s’étaient endormis.

On leur a répété à tant de reprises que la défense du français n’était pas sans lien avec la fermeture au monde qu’ils l’ont cru. Faire du français la langue commune n’était plus la priorité : c’était même ringard. Ceux qui se passionnaient pour l’identité ne s’occupaient plus que de laïcité. Il aurait fallu conjuguer les deux.

La tentation est forte, pour un petit peuple de langue française en Amérique, de croire que sa langue est inutile et même de trop.

On a aussi vu dans cette querelle bien des Anglo-Québécois prendre la pose victimaire et multiplier les lamentations publiques comme s’ils étaient une minorité persécutée.

Anglophones

D’ailleurs, depuis quelques mois, on veut même nous faire croire que la minorité anglaise est en danger.

C’est ce qu’on appelle proposer un regard renversé sur la réalité.

Tant que les Québécois voudront parler français et s’assurer que le Québec soit un pays de langue française, on en trouvera pour les accuser de nationalisme extrémiste, de repli sur soi et de crispation identitaire.

C’est notre existence même comme peuple qui fait scandale.