/news/currentevents
Navigation

Peter MacLeod a surpris un cambrioleur chez lui

L’humoriste a maîtrisé l’individu avant l’arrivée des policiers

Peter MacLeod n’en est pas à son premier fait  divers: il avait frôlé la mort, en septembre 2013, lors d’un écrasement d’avion.
Photo Courtoisie Peter MacLeod n’en est pas à son premier fait divers: il avait frôlé la mort, en septembre 2013, lors d’un écrasement d’avion.

Coup d'oeil sur cet article

Peter MacLeod a eu une bonne frousse, lundi, lorsqu’il est arrivé face à face avec un cambrioleur, en entrant dans sa maison à Repentigny. L’humoriste de 48 ans, qui a frôlé la mort dans un accident d’avion en 2013, a courageusement réussi à neutraliser l’individu jusqu’à l’arrivée des policiers.

Peter MacLeod ne s’attendait pas à jouer les héros cette semaine. Lundi midi, l’humoriste revenait tranquillement d’un séjour passé à son chalet des Cantons-de-l’Est en compagnie de sa copine, Angy, et de la fille de celle-ci, âgée de 9 ans.

Entrée la première dans leur maison à Repentigny, Angy est rapidement revenue voir l’humoriste pour lui dire qu’un individu se trouvait à l’intérieur.

« J’ai dit à ma copine d’appeler le 911, a raconté MacLeod au Journal. Je suis ensuite entré dans la maison pour m’apercevoir que le gars s’était enfermé dans la garde-robe de la chambre de la petite. »

Armé d’une simple tige de métal, qu’il avait dans son camion, l’humoriste n’a fait ni une ni deux et il a demandé au cambrioleur de se mettre à genoux, près du lit.

« Je lui ai dit que s’il bougeait, ce ne serait vraiment pas une bonne journée pour lui, dit MacLeod. Il était vraiment surpris de me voir là. Juste à voir son regard, le gars semblait intoxiqué. »

Selon l’humoriste, le cambrioleur a obtempéré sans démontrer de violence.

« Il n’a pas eu l’occasion de résister, dit-il. Je n’ai pas eu le temps de voir s’il avait une arme dans ses poches. Tout s’est fait très rapidement. »

Intervention rapide

Au bout de trois ou quatre minutes, les policiers sont arrivés sur place et ont procédé à l’arrestation de l’individu, qui devait comparaître mardi au palais de justice de Joliette.

« J’ai trouvé que le corps policier de Repentigny avait été vraiment efficace », dit celui qui habite cette maison depuis 16 ans.

Le voleur savait-il que l’humoriste habitait cette demeure ? « Je ne peux pas le dire, répond MacLeod. Mais ça me surprendrait, car les policiers ont retrouvé un sac qui contenait des objets qui ne venaient pas de chez moi. Je crois que ce n’était pas sa première maison de la journée. »

Peter MacLeod avait temporairement désactivé son système d’alarme pour le week-end, car quelqu’un devait venir faire de petits travaux chez lui. Selon lui, le cambrioleur arrêté à son domicile n’était pas de mèche avec le réparateur.

« C’est impossible, assure-t-il. Ce n’est qu’une coïncidence. Le gars a fait le tour de la maison avant de défoncer la porte d’entrée. »