/news/politics
Navigation

Un projet convoité par Bibeau est mystérieusement annulé

L’entreprise de l’ex-argentier libéral était le plus bas soumissionnaire

L’entreprise Centre d’achats Beauward, de Marc Bibeau, ex-argentier du Parti libéral, n’hébergera finalement pas de salles du palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Photo d’archives L’entreprise Centre d’achats Beauward, de Marc Bibeau, ex-argentier du Parti libéral, n’hébergera finalement pas de salles du palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-argentier libéral Marc Bibeau visé par une enquête criminelle de l’UPAC devra faire une croix sur le demi-million $ que lui aurait rapporté un contrat gouvernemental à Saint-Hyacinthe. Le ministère de la Justice a mystérieusement changé d’idée et a annulé son projet pour de nouvelles salles d’audience, lundi.

L’entreprise dirigée par Bibeau, Centre d’achats Beauward, avait soumis le prix le plus bas lors de l’appel d’offres en octobre dernier, pour un montant de 563 426 $.

L’entente devait permettre d’aménager une nouvelle salle d’audience, un bureau pour le juge, un pour les procureurs et une aire commune pour le palais de justice de Saint-Hyacinthe, où il manque présentement d’espace. Il s’agissait d’un contrat de cinq ans.

Annulé lundi

Curieusement, le projet a été annulé en début d’après-midi, lundi, à peine deux heures après un appel de notre Bureau d’enquête à la Société québécoise des infrastructures (SQI).

C’est cette dernière qui avait eu le mandat du ministère pour la location et l’aménagement des locaux. Le ministère de la Justice travaillait sur le dossier depuis au moins six mois.

Au moment où Beauward était favori pour remporter l’appel d’offres, notre Bureau d’enquête a publié un reportage sur les somptueux partys organisés durant lesquels Marc Bibeau réunissait plusieurs ministres libéraux et entrepreneurs dans sa luxueuse résidence de Beaconsfield.

Des bâtiments modulaires

Déjà, à la mi-novembre, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, avait dit que d’autres options étaient sur la table et que l’idée d’aménager des locaux hors du palais de justice n’était pas la plus « adéquate ».

Elle mentionnait notamment craindre pour la confidentialité des dossiers qui auraient dû être déplacés.

Il a toutefois fallu un mois pour conclure une réévaluation des besoins et annuler l’appel d’offres lancé en septembre dernier.

« La solution retenue consiste en l’installation de bâtiments modulaires en annexe au palais de justice de Saint-Hyacinthe », a indiqué l’attachée de presse, Isabelle Marier St-Onge.

Plusieurs baux

L’entreprise que dirige Marc Bibeau possède de nombreux contrats de location avec des organismes gouvernementaux ou des sociétés d’État comme la Société des alcools du Québec (SAQ).

En avril dernier, notre Bureau d’enquête avait révélé que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a recensé 25 organismes publics qui ont des baux avec Centre d’achats Beauward.

La Vérificatrice générale a par la suite été mandatée pour examiner les contrats gouvernementaux avec Bibeau, notamment leurs conditions d’octroi. Elle doit déposer son rapport en mai prochain.

Au début du mois de novembre, le journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, qui avait été le premier à parler de l’appel d’offres pour le palais de justice, a indiqué que Beauward recherchait des locataires pour le complexe Johnson.

La tour de bureaux vient d’être construite tout près de l’endroit où se trouvait auparavant l’Hôtel des Seigneurs.

En plus de cette tour de bureaux, Beauward est impliqué dans la construction d’un hôtel qui jouxtera le tout nouveau centre des congrès réalisé en partenariat avec la Ville de Saint-Hyacinthe.


L’entreprise Centre d’achats Beauward, de Marc Bibeau, ex-argentier du Parti libéral, n’hébergera finalement pas de salles du palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Photo courtoisie

La Société québécoise des infrastructures avait 45 jours après la date du 26 octobre pour annuler son appel d’offres pour le local décrit ci-dessous.

L’entreprise Centre d’achats Beauward, de Marc Bibeau, ex-argentier du Parti libéral, n’hébergera finalement pas de salles du palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Photo courtoisie

Ce n’est toutefois que lundi que l’appel d’offres a finalement été affiché comme étant annulé... deux heures après l’appel de notre Bureau d’enquête.