/news/society
Navigation

Le gouvernement ontarien poursuivi pour 600 millions $

Le gouvernement ontarien poursuivi pour 600 millions $
Google Street View

Coup d'oeil sur cet article

Un recours collectif de 600 millions $ a été intenté contre le gouvernement de l’Ontario pour des allégations d’abus sexuels, physiques et psychologiques perpétrés sur des jeunes de 8 à 16 ans qui étaient confinés aux «maisons de redressement». Les actes reprochés se seraient déroulés entre 1931 et 1984.

Le Toronto Star a indiqué, lundi, que Kirk Keeping, qui a fréquenté ses établissements à l’âge de 15 ans , a déposé une poursuite, vendredi dernier, à Thunder Bay, là où l’homme âgé de 64 ans réside présentement.

Les «maisons de redressement» étaient utilisées par le gouvernement de l’Ontario pour héberger les jeunes de 8 à 16 ans jugés incorrigibles par les tribunaux.

La poursuite demande 500 millions $ en dommages et intérêts pour négligence, manquement aux obligations fiduciaires ainsi que 100 millions $ en dommages et intérêts punitifs.

«Les écoles de formation contenaient un environnement toxique dans lequel le traitement dégradant et humiliant des enfants pris en charge par la Couronne était la norme, les sévices physiques, sexuels et psychologiques sévissaient et les résidents des écoles de formation étaient systématiquement privés de leur dignité et de leurs droits fondamentaux», peut-on lire dans la demande de recours collectif.

Un total de 14 établissements ont été nommés dans la requête, dont l’école de Bowmanville, où Keeping avait été admis en 1968. Il a indiqué avoir été envoyé à Bowmanville pour avoir été un mauvais garçon en raison de la présence d’un lance-pierre dans sa poche.

Le quotidien torontois a découvert que le gouvernement ontarien avait réglé secrètement 220 poursuites intentées par des anciens résidents d’une «maison de redressement».