/news/transports
Navigation

Un nouveau déneigeur dans l’arrondissement du Sud-Ouest

Coup d'oeil sur cet article

Après les multiples incidents de déneigement qui se sont produits l’hiver dernier dans le Sud-Ouest et qui ont mené à la résiliation des contrats de l’entrepreneur responsable, l’arrondissement démarre la saison avec un nouveau responsable.

« Ce n’est pas la même gang que l’an dernier (Dieu merci !), maintenant c’est Canbec », a lancé mardi sur Twitter le conseiller municipal du secteur, Craig Sauvé.

Canbec a obtenu par appel d’offres les deux contrats totalisant 13,6 millions $ pour déneiger pendant quatre ans les rues du Sud-Ouest.

La compagnie avait fait l’objet d’une enquête du Journal en janvier 2016 qui montrait que des camions de l’entrepreneur s’approvisionnaient dans la réserve de sel payée par le CUSM et allait ensuite le déverser sur les stationnements de divers clients privés, en plus de ceux de l’hôpital.

Mis au fait du problème, l’UPAC avait annoncé qu’elle ferait enquête sur le sujet. Il n’a pas été possible de savoir, mercredi, où en était rendu ce dossier.

Suivi rigoureux

Mais pour le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, le choix de Canbec ne pose pas de problème.

« Les contrats ont été votés à l’unanimité au conseil municipal, dit-il. On sait que la compagnie a été visée par une enquête, alors on suivra de façon très rigoureuse les opérations de déneigement. »

Le maire précise que pour les opérations d’épandage, Canbec ne s’occupera que des trottoirs et fournira son propre sel, contrairement à ce qui se faisait au CUSM.

« Nous avons des moyens pour mesurer les quantités d’abrasif et de sel déversées », affirme également M. Dorais.

Benoit Dorais, Maire du Sud-Ouest
Photo Agence QMI, Dominick Gravel
Benoit Dorais, Maire du Sud-Ouest

Le Journal a appelé Canbec mercredi, mais la personne à qui nous avons parlé n’a pas voulu s’identifier et n’a pas répondu à nos questions, se disant « débordée d’appels ».

Selon le maire Dorais, quelques plaintes reliées au déneigement qui a commencé mardi ont été formulées, mais « rien à voir avec l’an dernier », précise-t-il.

Il faut dire que les élus et résidents de l’arrondissement gardent un souvenir amer du précédent responsable du déneigement de leurs rues et trottoirs.

L’hiver dernier, les camions de la firme Pavages D’Amour avaient provoqué une vingtaine de bris, endommageant notamment des bancs et des bornes d’incendie. Des vidéos publiées sur internet montraient aussi des chenillettes arrachant un vélo à son attache et étalant des poubelles dans la rue.

Le contrat avait été résilié en mai dernier, quatre ans avant son terme, et 300 000 $ avaient été retenus sur les paiements faits à Pavages D’Amour pour les dégâts faits aux infrastructures municipales.