/entertainment/music
Navigation

Redécouvrir notre héritage musical pour le revitaliser

Serge Lacasse
Photo courtoisie Serge Lacasse, professeur titulaire de musicologie à l’Université Laval, est l’instigateur du projet de recherche et de création Remixer le Québec, dont l’album sera lancé vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à des remixes qui donnent dans la pop, le techno, le trip hop et la musique world, des oeuvres d’artistes qui ont marqué l’histoire de la chanson québécoise, dont La Bolduc, Alys Robi, Charles Marchand et Fernand Robidoux, connaîtront une nouvelle vie sur l’album Remixer le Québec, à paraître vendredi.

Redécouvrir une partie de notre héritage musical pour le revitaliser auprès du public québécois, voilà l’une des principales missions de ce projet mené par Serge Lacasse, professeur titulaire en musicologie à la faculté de musique de l’Université Laval.

«L’objectif, c’était de faire connaître le patrimoine musical québécois aux gens, en général. C’était très important pour moi», a-t-il expliqué, lors d’une entrevue accordée au Journal.

«Nous voulions que le public québécois se rende compte que nous aussi, nous avons un patrimoine et qu’il est bon, ce patrimoine, a-t-il ajouté. En le présentant sous une autre forme, nous espérons attirer l’attention d’une nouvelle manière.»

Univers variés

Pour arriver à ses fins, le professeur et chercheur s’est entouré d’une équipe de 11 remixeurs à qui il a demandé de se pencher uniquement sur le répertoire francophone de la première moitié du XXe siècle. Ensemble, ils ont utilisé 20 classiques pour créer 14 nouvelles pièces.

«Les artistes pouvaient faire ce qu’ils désiraient, mais il fallait absolument qu’il y ait un bout de la chanson d’origine dans leur création, a-t-il expliqué. Il y en a qui ont même pris plusieurs bouts de chansons différentes, alors que d’autres ont vraiment remixé une seule chanson. C’était complètement ouvert.»

Parmi les artistes qui ont travaillé sur le projet, on compte des étudiants de l’époque, mais aussi des professionnels, comme DCMix (Daniel Coulombe), Philippe Navarro et Dragos (Men I Trust).

«Il y a aussi des gens originaires de d’autres pays, comme le Maroc, Cuba et la Roumanie, qui ont participé au projet. Donc en plus, il y a une diversité culturelle», a souligné Serge Lacasse.

«Le remixeur cubain (Julian Gutierrez), il a fait les choses à la cubaine. Il a pris une chanson de La Bolduc (J’ai un bouton sur la langue), il a conservé la voix, mais il a choisi de chanter avec elle, accompagné d’un orchestre cubain. Le résultat est super festif. Ça marche au bout!»

La Bolduc

C’est en écoutant un album hommage à Nat «King» Cole, sur lequel l’artiste américain Cee Lo Green avait remixé la pièce Lush Life, que le professeur a eu l’idée de ce projet, en 2009.

«Je me suis dit que les Américains étaient tellement bons pour écrire leur histoire et s’en servir pour créer de nouvelles oeuvres, par la suite», a-t-il expliqué.

«Nous, nous avons un patrimoine vraiment très riche de chansons, avant les années 50. À ce moment-là, je pensais à La Bolduc, en particulier, a-t-il poursuivi. C’est comme ça que j’ai décidé de me lancer dans la création d’un remix de la chanson Ça va venir découragez-vous pas, qui se retrouve sur l’album.»

C’est l’intérêt porté pour son remixe, qui a tournée à Radio-Canada et qui a été diffusé au musée consacré à La Bolduc (NDLR l’établissement situé à Newport, en Gaspésie, a fermé ses portes au printemps), qui a convaincu le professeur de mettre en place un projet de création et de recherche consacré à notre héritage musical.

D’ailleurs, un site web sur lequel les artistes expliqueront leur démarche et présenteront les pièces choisies devrait être mis en ligne sous peu.

«Le site web va permettre aux gens d’en apprendre plus par rapport au projet, mais aussi par rapport à qui ils sont. Après tout, la musique, ça nous permet de découvrir qui on est.»


► L’album Remixer le Québec sera disponible à compter de vendredi. Plus de détails à l’adresse facebook.com/RemixerChanson/.

 

Les chansons utilisées

Youpe ! Youpe ! Sur la rivière (Les Troubadours de Bytown) – 1928

Ça va venir découragez-vous pas (La Bolduc) – 1930

Maurice Richard (Jeanne d’Arc Charlebois et Jean Laurendeau) – 1951

J’ai un bouton sur le bout d’la langue (La Bolduc) – 1932

Les Policemen (La Bolduc) – 1932

Boum badiboum (Jeanne d’Arc Charlebois) – 1929

M’amour (Alys Robi) – 1945

Chant d’automne (Raymond Berthiaume) – 1959

L’hirondelle (Albert Viau, François Brunet, Roland Van de Goor) – 1941

Sans travail (La Bolduc) – 1932

Quadrille de Berthier (Arthur Joseph Boulay) – 1928

Ma belle Lola (Paul Brunelle) – 1952

La complainte de la blanche biche (Alphonse Morneau) – 1940

Je croyais (Fernand Robidoux) – 1945

Hitler est mort (Taffnut, Billy Paradis) – 1945

Je voudrais m’y marier (M. et Mme Eugène Daignault) – 1929

La valse des chats (Alexandre Desmarteaux) – 1926

La chanson du coucou (Albert Marier) – 1929

Dans un petit baiser (Alys Robi) – 1946

Si j’étais l’homme dans la lune (Odile Rochon) – 1927

 

Ce qu’il a dit sur...

Alys Robi

« Alys Robi, c’était comme Céline Dion, aujourd’hui. Elle n’était pas juste connue au Canada, mais bien dans le monde entier : aux États-Unis, en Amérique du Sud... C’était une véritable star ! »

Fernand Robidoux

« On pourrait le comparer à des artistes comme Fernand Gignac ou Pierre Lalonde. Il faisait partie des crooners de l’époque. »

Jeanne d’Arc Charlebois

« C’est une chanteuse qui a imité La Bolduc, durant sa carrière. Elle était excellente dans ce qu’elle faisait. Elle a contribué à diffuser ce que faisait La Bolduc. Elle turlutait, comme elle. »

Les Troubadours de Bytown

« Les Troubadours de Bytown, ils étaient hyper connus, dans les années 30 [...) Charles Marchand (l’un des membres du groupe) organisait même des événements durant lesquels on célébrait le folklore canadien francophone. »