/opinion/columnists
Navigation

Ces enfants qui changent de sexe

Coup d'oeil sur cet article

Cette question me taraude : pourquoi la question des enfants transgenres se retrouve-t-elle au cœur des débats chauds en Occident alors que personne ne parlait de cela il y a quelques mois à peine ?

Ce n’est pas d’hier que des êtres humains ont le sentiment de ne pas être nés dans le bon corps. Tant mieux si la science leur permet aujourd’hui de trouver l’équilibre et les lois, de vivre sans persécution ni discrimination.

Croissance fulgurante

Ce qui est nouveau, c’est le nombre croissant d’enfants « dysphoriques du genre » (le nom de leur condition) et de professionnels de la santé prêts à entamer leur transition sociale et hormonale vers l’autre sexe avant la puberté.

En Angleterre, la principale clinique pour ces enfants a vu sa clientèle augmenter de 1000 % en cinq ans, selon The Guardian.

Impossible d’obtenir des statistiques au Québec, mais pourquoi échapperions-nous à ce phénomène ? Le Canada anglais le vit, avec fureur.

La CBC devait diffuser un documentaire de la BBC – pas les derniers venus en journalisme – au sujet des enfants transgenres, Transgender Kids : Who knows best ? Mais la CBC a reculé face aux pressions de militants LGBTQ sur les réseaux sociaux.

Joshua M. Ferguson, un/une documentariste ontarien/ne de 27 ans qui dit n’être ni un homme ni une femme, auteur/e d’un texte délirant de narcissisme sur sa quête identitaire dans Teen Vogue (qui s’adresse aux adolescentes de 12 à 18 ans !) a dirigé l’opération.

Le documentaire, pourtant équilibré – je l’ai vu –, est jugé transphobe et dangereux parce qu’il donne la parole à un expert reconnu mondialement, le psychologue canadien Greg Zucker, honni par la communauté trans parce qu’il remet en question ses dogmes au sujet des enfants dysphoriques du genre.

C’est personnel

Pour eux, Zucker est un monstre. Ils ont même fait fermer sa clinique universitaire à Toronto.

Son crime ? Il croit qu’il faut commencer par aider les enfants à accepter leur corps. S’ils persistent, retarder la transition médicale jusqu’à la maturité.

Il s’inquiète du taux élevé de suicide, 41 % chez les personnes transgenres, l’indication que la réaffectation sexuelle ne règle pas tout, et de la majorité de jeunes transgenres qui, vers l’âge adulte, changent d’idée et « détransitionnent ». Ce qui n’est pas toujours possible.

Il note aussi qu’un nombre anormalement élevé d’enfants dysphoriques du genre sont sur le spectre de l’autisme. Pourquoi ?

Ce que je viens d’écrire me vaudrait l’excommunication au Canada anglais. Même les parents qui mettent la pédale douce sur la transition de leurs propres enfants sont accusés de cruauté et de transphobie.

Ce dossier est complexe et je préfère laisser la science tirer un jour les bonnes conclusions, mais comment ne pas s’inquiéter de l’intolérance de certains activistes et de leur acharnement à réprimer toute opposition ? Ils semblent plus intéressés à abolir le masculin et le féminin, quitte à sacrifier des enfants pour mener à bien leur projet de réingénierie sociale, que de permettre à des êtres vulnérables de vivre en paix et en santé avec l’identité de leur choix, quelle qu’elle soit.