/misc
Navigation

La guerre des mondes 2017

La guerre des mondes 2017
AFP

Coup d'oeil sur cet article

J’ai commandé pour moins de 20$ d’items vendredi le 15 décembre sur Amazon.ca. Je suis à Québec, secteur Beauport pour les anti-fa qui voudraient venir brûler ma voiture. Elle est hybride par contre... ça compense?

 

Je suis membre Amazon Prime donc j’avais la livraison 2 jours incluse sur ces items. Le site me disait que mes articles allaient arriver dimanche le 17. J’ai évidemment cru à une erreur du système. Il n’y a pas de livraison de colis au Québec le dimanche voyons, Amazon! Dur party de Noël ou quoi? Mais bon, au pire ça allait arriver lundi ou mardi, ce n’était rien de pressant de toute façon.

 

Eh bien! mille millions de mille sabords, dimanche un peu après midi, on a sonné à ma porte. C’était le colis d’Amazon, livré ni par UPS, ni par Fedex et encore moins par Purolator. Livré plutôt par une compagnie que je ne connaissais pas mais qui a immédiatement gagné mon respect.

 

Évidemment il s’en trouvera pour me maudire d’encourager la bête qui avale tout. Une compagnie américaine en plus (prononcer américaine avec la même expression que si vous veniez de mordre dans un citron particulièrement acide)!

 

J’ai partagé ça sur les médias sociaux dimanche après-midi et une cliente d’Archambault.ca m’a écrit qu’elle attendait toujours sa commande passée le 29 novembre, malgré qu’elle ait payé des frais de livraison.

 

Ce même dimanche, l’auteure et journaliste Mylène Moisan partageait une histoire incroyable concernant Bell et son légendaire « service à la clientèle ». Vous pourrez la lire ici.

 

En cette année qui voit la disparition de géants comme Sears, il faut prendre un temps de pause pour encaisser ce choc des générations commerciales.

 

La simple vérité est celle-ci : la seule façon pour moi d’obtenir plus rapidement ces items aurait été de trouver un magasin local qui les vendait.  J’aurais dû prendre ma voiture, me rendre sur place, chercher, payer 1,5 ou 2 fois le prix de l’item et revenir. Sauf que personne localement n’offre les items que j’ai achetés.

 

Possible (voire probable) que les conditions des travailleurs d’Amazon ne soient pas optimales. C’est ce que Vanity Fair semblait dire lors d’un reportage de 2016. Possible aussi que certains de ces mêmes travailleurs soient remplacés par des robots éventuellement.  Je ne sais trop comment gérer ça.

 

 

Je sais par contre qu’un même combat nous guette depuis plusieurs années. La guerre entre le monde idéalisé avec des semaines de travail de 20 heures, 10 semaines de congé, des salaires à 25 dollars de l’heure et jamais personne n’ayant à travailler le week-end versus le monde réel, hyper-productif et hyper-capitaliste de 2017, où ton plus proche compétiteur est à Seattle, à Shanghai, aux Philippines. On a beau le détester, il n‘en est pas moins là. À nos portes. Même le dimanche.

 

Il me semble irréaliste, destructeur et naïf de croire que l’utilisateur, celui qui paie les impôts, celui qui fait les choix finaux sur sa consommation, acceptera toujours de vivre une expérience inférieure juste pour la fierté d’encourager local. Vous voulez qu’on encourage le local? Offrez mieux. Offrez moins cher. Ou offrez plus vite. Mais de grâce arrêtez de penser que le Québécois est encore prisonnier d’un mur l’isolant du reste de la planète. On a fonctionné comme ça trop longtemps. Maintenant c’est Bonjour/Hi.

 

Mais non. La réponse québécoise est toujours la même : taxons plus.