/sports/hockey/canadien
Navigation

Drouin se cherche

L’attaquant du Canadien n’est toujours pas à l’aise à la position de centre

Drouin se cherche
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER | Troisième choix au total au repêchage de 2013, Jonathan Drouin a rapidement compris qu’il y aurait des attentes élevées à son endroit dès ses premiers pas dans la LNH.

Échangé du Lightning de Tampa Bay au Canadien le 15 juin dernier contre Mikhaïl Sergachev, Drouin n’a pas échappé à cette fameuse pression. Avant même d’enfiler son uniforme pour la première fois, on le décrivait comme le meilleur attaquant québécois à Montréal depuis Vincent Damphousse. On disait qu’il avait le talent et le potentiel pour devenir le Québécois le plus électrisant depuis Guy Lafleur.

Les séries d’abord

Dès le tournoi de golf de l’équipe à la mi-septembre, Marc Bergevin et Claude Julien l’ont identifié comme le premier centre de l’équipe. À ses trois premières saisons à Tampa, il avait principalement joué à l’aile gauche ou à l’aile droite.

Le Tricolore se cherche un véritable premier joueur de centre depuis des lunes. Drouin avait comme mandat de remplir ce rôle.

Bref, il y avait une montagne d’attentes sur ses épaules. À ses premières semaines avec sa nouvelle équipe, Drouin a l’humilité de dire qu’il ne connaît pas un grand départ.

« Je n’ai rien changé, a-t-il dit au Journal de Montréal, lundi, après l’entraînement du CH au Rogers Arena de Vancouver. Je le crois encore quand je dis que la pression ne m’étouffera pas dans une ville comme Montréal. J’aime les défis et je me retrouve devant un gros.

« Mais je dois jouer au hockey, a-t-il continué. Au sein de l’équipe, il n’y a pas beaucoup de joueurs qui sont heureux avec leurs statistiques. Mais l’objectif principal reste les séries. J’espère que je finirai par débloquer offensivement, mais le plus important est de voir l’équipe gagner. »

Chiffres modestes

Avant les rencontres de lundi dans la LNH, Drouin se retrouvait au 177e rang parmi les meilleurs marqueurs de la LNH avec 17 points (5 buts, 12 aides) en 28 rencontres. Chez le Canadien, il occupe le cinquième rang derrière les Brendan Gallagher (19 points), Phillip Danault (19 points), Alex Galchenyuk (18 points) et Max Pacioretty (18 points).

Il n’y a aucun membre du CH parmi les 130 premiers pointeurs de la LNH. Cette simple statistique illustre bien le manque d’attaque de l’équipe.

« On est tous humains et on est capables de voir quand ça va bien ou quand ça va mal, a souligné Drouin. Personnellement, ça ne va pas très bien. Mais ce sera à moi de m’en sortir. Je ne suis pas le seul au sein de l’équipe. Je dirais que toute l’équipe a de la difficulté à générer de l’offensive. Nous devrons revenir à la base avec des jeux plus simples. »

Le Lightning ne vit pas cette sécheresse offensive. Nikita Kucherov et Steven Stamkos sont au sommet des marqueurs avec respectivement 46 et 43 points. On y retrouve neuf joueurs avec 20 points ou plus. Sergachev fait partie de ce groupe à 23 points. S’il jouait encore à Tampa, Drouin aurait probablement quelques buts et passes de plus à sa fiche.

« Je ne regarde pas vraiment ce qui se passe à Tampa, a répliqué le Québécois de 22 ans. Je ne joue plus pour le Lightning. J’ai tourné la page. »

Position difficile

Drouin ne s’en cache pas. Il n’a pas encore trouvé ses repères à la position de centre. Son problème le plus criant est au cercle des mises en jeu. Des 104 centres qui ont été impliqués dans plus de 250 mises en jeu cette saison, il vient au 102e rang à 40,70 %.

« Je m’adapte encore à la position de centre dans la LNH, a-t-il reconnu. Je connaissais bien cette position, mais il y a des soirs où je trouve ça difficile. Quand je me retrouve contre un centre avec beaucoup d’expérience, j’ai parfois plus de misère. J’ai encore besoin d’apprendre bien des choses. Je regarde des vidéos des meilleurs centres dans la LNH. Je veux m’améliorer. Et je dois m’améliorer au cercle des mises en jeu. »

Pour la visite à Vancouver, Drouin jouera au centre de Max Pacioretty et de Paul Byron. Claude Julien a choisi de miser à nouveau sur le duo Drouin et Pacioretty.

« Je l’ai dit en début de saison. Parfois, tu as besoin de cinq mois avant de développer une belle chimie et des fois, tu as besoin d’une seule rencontre, a rappelé l’ancien du Lightning. Il faut parfois juste une petite étincelle pour développer une complicité. Max et moi sommes deux joueurs importants au sein de l’équipe. Il y a des attentes pour que nous produisions. Nous devons faire la différence. »