/opinion/blogs/columnists
Navigation

Cher Père Noël... Voici ma liste de cadeaux.

Cette année, dans le contexte de la pandémie de la grippe A (H1N1), le Père Noël sera appelé à plus de prudence dans sa distribution de bisous.
Archives Benoît Gariépy

Coup d'oeil sur cet article

Cher Père Noël,

Cette année, j’ai été sage, je vous le jure. Du moins, la plupart du temps...

Vous me connaissez depuis longtemps. Vous savez donc que je ne passe pas par quatre chemins pour dire le fond de ma pensée.

Vous savez aussi que les temps sont durs pour bien des gens pendant que d’autres se la coulent douce dans les paradis fiscaux.

Comme j’aimerais ça, juste un Noël, que vous nous fassiez le cadeau d’un meilleur partage de la richesse.

Mais bon! Avant que vous ne me taquiniez en me traitant de «gogauche», cette année, pour les cadeaux, je passerai mon tour. La vie me gâte déjà et j’en suis extrêmement reconnaissante.

Je me permets plutôt de vous envoyer ma liste de cadeaux pour nos «amis» du monde politique. Du moins, quelque uns d’entre eux.

Cher Père Noël, vous seriez vraiment gentil de ne pas leur dire d’où l’idée de leur cadeau est venue...

Vous remarquerez aussi que j’ai un fort penchant pour les livres. C’est sûrement une question de génération.

Ou, pour le dire d’une bien plus jolie manière encore, laissez-moi vous citer Bernard Pivot que vous aimez aussi beaucoup, je le sais :

«Offrez des livres! Ils s’ouvrent comme des boîtes de chocolat et se referment comme des coffrets à bijoux.»

***

Ma petite liste de cadeaux...

Après ses années d’austérité, pour lui enseigner enfin ce qu’il ne connait pas, à Philippe Couillard, premier ministre du Québec, vous offrirez le DVD du moine français Matthieu Ricard : Sur le chemin de la compassion.

Et pour l’aider à se préparer pour les résultats de la prochaine élection : Je veux changer de job! de l'auteur Yves Deloison sur l’art de la «reconversion professionnelle».

Pour Jean-François Lisée, le chef durement éprouvé du Parti québécois, celui-là même dont l’année fut particulièrement difficile pour lui et son parti politique, un puissant trio d’ouvrages ne sera sûrement pas de trop :

1. Pour des raisons évidentes : La modestie et autres récits de l’auteur Enrique Vila-Matas.

2. Pour lui redonner le goût de parler plus de la raison d’être de son parti : La ligne du risque de Pierre Vadeboncoeur.

3. Pour le conseiller dans ses «stratégies» nombreuses, le livre de chevet de Jean Charest (qui a tout de même tenu le coup en politique pendant 28 ans) : L’art de la guerre de Sun Tzu.

Pour François Legault, ex-ministre péquiste et chef de la CAQ, un texte est incontournable. Question de l’aider à se réconcilier avec son passé avant de penser à son avenir politique qu'on lui prédit fort prometteur: Le courage de changer. Un projet de pays pour le Québec d'un certain... eh oui, François Legault lui-même. Un long pamphlet publié en octobre 2004 sur l’urgence, écrivait-il à l’époque, de faire l’indépendance.

À Gabriel Nadeau-Dubois, la nouvelle recrue-vedette de Québec solidaire : La fin des exils. Résister à l’imposture des peurs. Un court essai percutant signé tout récemment par Jean-Martin Aussant, ex-député péquiste et fondateur du maintenant défunt parti Option nationale. Réputé aussi être en réserve de la République pour un éventuel retour en politique. Question de rappeler à GND qu’un jour, il aura peut-être de la compétition dans le département de la relève politique.

À Gaétan Barrette, ministre omnipotent de la Santé, très cher Père Noël, deux grands classiques sont un «must» pour le matamore démasqué :

1. Comment se faire des amis de Dale Carnegie. Ici encore, pour des raisons évidentes.

2.  Pour que le docteur Barrette se reconnaisse enfin lui-même dans le miroir : Les manipulateurs sont parmi nous d’Isabelle Nazare-Aga.

Pour Justin Trudeau, héritier de la dynastie du même nom et premier ministre du Canada : Le Guide du routard pour le Canada. Le secret garanti pour un voyage des Fêtes pas cher, pas cher.

Pour Mélanie Joly, un traducteur instantané qui parle le «logique» - une nouvelle langue novatrice -, pour expliquer aux Canadiens et aux Canadiennes ce qu'elle tente de leur expliquer.

Pour Jagmeet Singh, le nouveau chef du NPD : Le courage de ses convictions de son prédécesseur Thomas Mulcair. Vous verrez, Père Noël, que ça va le prendre par surprise!

Pour Andrew Scheer, le nouveau chef du Parti conservateur : Le programme Assimil pour apprendre le français... pour vrai.

Pour Martine Ouellette, à la fois députée indépendante à l’Assemblée nationale et chef du Bloc québécois à Ottawa : De la confusion à la clarté du moine bouddhiste Yongey Mingyour Rinpotché. Le titre parle de lui-même.

Pour Jacques Chagnon, le courageux président de l’Assemblée nationale qui a tenu tête à l’UPAC : une longue série de cours à l’Académie Ness Martial de Montréal pour apprendre à boxer.

Pour Robert Lafrenière, grand patron de l’UPAC : Apprenez à ne pas tout contrôler de Christianne Chaillé. Ce livre est présenté comme un «outil de transformation inestimable, puisqu’il aidera l’assoiffé de contrôle à devenir enfin une personne agréable à vivre. Pour les autres... et pour elle-même».

Pour l’ex-premier ministre Jean Charest – jamais loin dans nos pensées ni dans celles du PLQ -, cher Père Noël, je suis sûre que vous y avez déjà pensé bien avant moi : Petits secrets, grands mensonges (Big, Little Lies) - l’extraordinaire télésérie réalisée par Jean-Marc Vallée.

Pour rappeler au tout jeune président de la République française, Emmanuel Macron, que le monde a bel et bien existé avant lui: les Mémoires de Charles de Gaulle.

Et enfin, pour Donald Trump, le président américain déguisé en permanence en accident de l'Histoire: Insane Clown President (Le président clown et fou) de Matt Taibbi.

***

Alors, voilà.

Merci très cher Père Noël de votre attention.

Je suis certaine qu'au soir du 24 décembre, vous trouverez le temps de les acheminer aux bons endroits...