/finance/business
Navigation

Faire bon ménage avec les réseaux sociaux

Faire bon ménage avec les réseaux sociaux
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Souvent, en partageant des photos des épisodes les plus anodins de leur vie privée sur les médias sociaux, les gens ne se doutent pas qu’ils offrent de la visibilité à des multinationales et leurs produits.

En relayant un cliché de leur repas, une photo d’eux lors d’une randonnée en voiture ou encore un égoportrait pris en s’entraînant, les usagers des médias sociaux les plus populaires diffusent du même coup le logo du restaurant où ils mangent, le logo de la marque de leur voiture ou une casquette arborant le fameux logo de Nike.

Que ce soit fait de façon délibérée ou non, il s’agit d’une excellente forme de publicité pour les entreprises. Afin de déterminer quelles entreprises bénéficient le plus de cette visibilité, la plateforme Brandwatch a décidé de mener un exercice fort intéressant.

Ainsi, sur une période de deux mois, Brandwatch a analysé quelque 100 millions d’images mises en ligne sur Twitter et Instagram. L’objectif : identifier les logos qui apparaissent le plus régulièrement dans les images en question et qui constituent, du même coup, les marques les plus visibles sur ces réseaux sociaux.

Une question d’image

Bien que l’on retrouve des entreprises comme Pepsi, BMW, Walmart, Heineken, Starbucks, Samsung et Louis Vuitton dans le top 50, l’exercice a vu trois équipementiers sportifs se hisser dans le top 10, deux d’entre eux occupant même une place dans le top 3.

Nike et Adidas arrivent respectivement en deuxième et troisième positions, tout juste derrière McDonald’s qui trône au sommet. Puma n’est pas en reste au 9e rang, tout comme Under Armour en 16e place. Reebok, qui appartient à Adidas, arrive pour sa part en 47e position.

Leurs logos ont pu se retrouver sur les médias sociaux soit parce que monsieur madame Tout-le-Monde portait un produit de l’équipementier, parce qu’un athlète en faisait la promotion ou encore parce qu’il y était question de sport, un sujet de discussion fort populaire sur les médias sociaux. À preuve, le transporteur aérien Emirates se retrouve notamment en 5e place grâce à ses commandites de la Formule 1, du tennis professionnel et d’équipes de soccer comme le Real Madrid.

On ne s’étonnera pas que les Nike, Adidas, Puma et Under Armour de ce monde déboursent des dizaines de millions de dollars pour s’associer à des circuits sportifs et à des athlètes de premier plan.

Équipementiers : les quatre géants et leurs porte-parole

Nike

  • Michael Jordan
  • LeBron James
  • Roger Federer
  • Cristiano Ronaldo
  • Tiger Woods

Adidas

  • Lionel Messi
  • Aaron Rodgers
  • Novak Djokovic
  • Dustin Johnson
  • Kris Bryant

Puma

  • Usain Bolt
  • Rickie Fowler
  • Andre De Grasse
  • Julian Edelman
  • Ferrari (F1)

Under Armour

  • Tom Brady
  • Stephen Curry
  • Bryce Harper
  • Carey Price
  • Georges St-Pierre

La personnalité la plus influente du sport en 2017 !

Faire bon ménage avec les réseaux sociaux
Photo AFP

Donald Trump ne laisse personne, mais vraiment personne indifférent. Si vous aviez besoin d’une autre preuve pour vous en convaincre, voilà qu’en cette période de l’année où l’on y va de classements ou d’honneurs annuels, le président américain vient d’être couronné comme individu le plus influent dans le monde du... sport. Donald Trump arrive en tête de ce classement du Sports Business Journal en raison de ses prises de position sur la NFL et les traditionnelles visites des équipes championnes à la Maison-Blanche, entre autres. Rappelons que le dirigeant de la principale puissance mondiale a appelé les Américains à boycotter la NFL parce que de nombreux joueurs s’agenouillent durant l’interprétation de l’hymne national.

Controverse autour du propriétaire des Panthers

Faire bon ménage avec les réseaux sociaux
Photo AFP

Pendant qu’au Québec on parle de la possibilité de voir Gilbert Rozon s’enrichir grâce à la vente de Juste pour rire, et ce, malgré des allégations d’inconduite sexuelle, un scénario similaire risque de se produire aux États-Unis au cours des prochains mois. Plongé dans la controverse, le propriétaire des Panthers de la Caroline, Jerry Richardson, vendra son équipe à la fin de la présente saison. Richardson, propriétaire de l’équipe à 48 %, a versé la somme de 170 millions $ à la NFL lors du processus d’expansion de 1993. On s’attend à ce qu’il trouve preneur pour son équipe cet hiver pour environ 2,5 milliards de dollars.

Le chiffre de la semaine

300

Faire bon ménage avec les réseaux sociaux
Photo AFP

Le football universitaire constitue une véritable religion chez nos voisins du sud et attire des foules monstres. L’un des principaux débats des dernières années concerne le refus des universités de payer les joueurs qui enrichissent ces mêmes institutions. Après tout, depuis novembre, 12 universités ont consenti un total de plus de 300 millions de dollars à des entraîneurs.