/opinion/columnists
Navigation

16 Joyeux Noël

Coup d'oeil sur cet article

Je les ai comptés durant ma journée de vendredi, sceptique que j’étais devant tout le bruit fait par des collègues et d’autres animateurs que Noël était désormais un mot proscrit. J’ai reçu 16 fois un Joyeux Noël complètement décomplexé, sans gêne, sans chichi. De la part de jeunes, moins jeunes, de toutes origines et de tous commerces confondus : dépanneur, magasins à grande surface, café hipster, mon chauffeur de taxi Téo.

Bref, j’en suis venue à me demander si cette saga n’avait pas été complètement inventée.

Joyeuses Fêtes plus facile

Pourquoi avons-nous remplacé les souhaits de Noël par un « Joyeuses Fêtes » ? Ce n’est pas pour être plus inclusif, c’est principalement pour éviter d’avoir à souhaiter à nouveau nos souhaits de bonne année quelques jours plus tard. J’ai comme l’impression que c’est pour sauver du temps, dans un monde où tout va plus vite, nous choisissons de souhaiter tout en une seule phrase.

Certains continueront d’utiliser « Joyeuses Fêtes » pour éviter de choquer les non-croyants ou encore les pratiquants d’autres religions. C’est à mon sens un faux argument, chaque fête religieuse a son nom qui lui est propre et se refuser de l’utiliser, c’est plutôt nier la réalité et les traditions et non du respect.

Fausse controverse

N’en déplaise à ceux qui aiment crier au loup, Noël est loin d’être un mot banni, au contraire. Cette pseudo controverse aura au moins eu ceci de bien : elle nous aura tous permis de constater que nous avons encore quelques traditions, us et coutumes. Des traditions qui ne sont pas prêtes de s’effacer.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je vous souhaite également Joyeux Noël ! Profitez bien de ces moments de rassemblement avec vos proches et votre famille. Surtout, souvenez-vous que les seuls sujets proscrits à Noël sont la politique et l’argent, et tout ira bien.