/lifestyle/columnists
Navigation

La folie gagne le monde et c’est vrai

Coup d'oeil sur cet article

Je voudrais faire suite aux propos de R.P. qui vous demandait jusqu’où les fous du type transgenre allaient nous mener, vu la propension de nos gouvernements à leur accorder toutes leurs revendications. Alors que vous n’avez pas semblé compatir à son propos, moi je trouve qu’il n’a pas tout à fait tort.

Mais à sa place, j’approfondirais ma recherche. Car ce ne sont pas seulement les transgenres qui me semblent poser problème dans notre société, et dans d’autres aussi. Toutes les minorités, qu’elles soient sexuelles, religieuses, idéologiques ou autres, font problème.

Les minorités font tellement de tapage et mènent tellement de guerres de front, qu’on a l’impression que nos gouvernements ne voient et n’entendent qu’elles. Le reste, c’est-à-dire nous, les citoyens normaux, qu’ils considèrent comme des partisans de leur idéologie, n’existons plus. Ce qui compte, c’est d’aller chercher de nouveaux votes chez ces communautés. Et pour ce faire, ils adhèrent à toutes leurs demandes, aussi folles soient-elles.

Quand c’est rendu qu’on veut faire des toilettes pour tout ce beau monde qui ne sait pas où se brancher, un jour homme, l’autre jour femme, avec sexe, pas de sexe, en robe, en pantalon, ni monsieur, ni madame. Y’a de quoi virer fou, vous ne pensez pas ? Qu’on traite ces gens-là comme des êtres humains ça va de soi, mais de là à répondre à tous leurs caprices en leur concédant tout, il y a une marge à ne pas franchir.

Vous êtes de mon âge. Rappelez-vous l’histoire de la tour de Babel dans la Bible que vous avez certainement déjà lue. Et pour les plus jeunes, faites référence à la bande dessinée Les douze travaux d’Astérix qui nous fait voir une facette réaliste de là où nous serons en train de nous embourber rapidement si nous continuons sur une telle lancée.

Joseph Rivard

Question de vous rappeler une réalité, ce sont toujours les minorités qui se sont réveillées pour faire valoir leurs droits qui ont fait avancer les sociétés qui ont toujours eu tendance à se scléroser quand elles sont bien assises sur leurs acquis.

Cela étant dit, je vois comme vous la dérive vers laquelle on risque de se diriger si on ne sait pas faire la part des choses entre le raisonnable et le déraisonnable. Mais est-ce qu’on n’a pas tendance à trouver déraisonnable ce qui pour certains n’est que le droit le plus élémentaire pour ne pas se sentir discriminé ?