/sports/hockey/canadien
Navigation

Victor Mete : «Ce sera une décision difficile», estime son agent

Victor Mete : «Ce sera une décision difficile», estime son agent
Photo d'archives Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Victor Mete poursuivra-t-il la saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH) ou dans la Ligue de l’Ontario, chez les Knights de London?

Le défenseur du Canadien de Montréal a déjà disputé 27 rencontres dans le circuit Bettman, cette saison et en date de samedi, aucune décision n’était encore prise dans son cas. Il saura où terminer la saison au cours des prochains jours.

L’arrière de 19 ans a ajouté un accomplissement extraordinaire à son parcours junior, vendredi, en remportant la médaille d’or avec Équipe Canada junior dans le cadre du Championnat mondial de hockey junior, lors duquel il a inscrit trois aides en sept matchs.

Le meilleur scénario

Porter les couleurs de l’unifolié dans le cadre du Championnat mondial junior était probablement le meilleur scénario pour le jeune Mete.

Ce dernier avait été ignoré par l’équipe l’année précédente et selon Ferris, il a été un pilier dans la conquête d’ÉCJ à Buffalo.

«J’aurais aimé qu’ils l’invitent l’an dernier. Il méritait de s’y trouver, a déclaré l’agent lors d’un entretien avec TVA Sports. Il leur manquait un défenseur de son style. Ils ont fait leurs devoirs cette année!»

«C’est une expérience grandiose de jouer pour ton pays. Gagner une médaille d’or, c’est ce qui l’emballait le plus dans cette mission.»

Mete a aussi remporté les grands honneurs en finale des éliminatoires de la OHL avec les Knights en 2016 avant d’être repêché par le Tricolore au quatrième tour du repêchage l’été suivant.

«C’est entre les mains du Canadien»

Après avoir commencé la saison à gauche de Shea Weber sur la première paire défensive, à Montréal, l’Ontarien a été employé sporadiquement par l’entraîneur-chef Claude Julien.

Avant de se joindre à l’équipe canadienne, son temps de glace variait entre 17 min 4 s et... 6:02! Il n’a obtenu plus de 16 minutes d’utilisation que deux fois entre le 4 novembre et le 5 décembre, à quand remonte sa dernière partie avec le CH. Avec Weber qui ratera près d’un mois d’activités en raison d’une blessure à un pied et un rendement inégal de certains défenseurs, le retour de Mete dans la formation ne ferait certainement pas de tort à la brigade défensive avec l’expérience qu’il vient d’acquérir.

«C’est entre les mains du Canadien. C’est à l’équipe de décider ce qui est mieux pour elle. Parfois, c’est une bonne décision de rapatrier un jeune joueur, d’autres fois ce n’est pas le cas. Ça fait partie des risques», rappelle Ferris.

«Chaque situation de chaque joueur des rangs juniors est différente et ce sera une décision difficile, a rappelé Ferris. Peu importe, il sera un bon joueur dans la LNH.»

Le représentant de Mete ajoute toutefois que son client a «tout accompli» dans l’OHL et qu’il est «en avance dans son développement».

«Il a été dominant à London et il a démontré qu’il est prêt à faire le saut au niveau suivant.»

D’après Ferris, Julien sait ce que peut apporter Mete, auteur de quatre aides, avec le CH.

«Tu gagnes avec un défenseur comme Mete dans ta formation», a-t-il assuré. Claude est un instructeur astucieux et un très bon entraîneur. Il sait qu’il a besoin de Mete peut aider l’équipe.»

Un Torrey Krug en devenir

Selon Ferris, le style de Mete s’apparente à celui de Torey Krug, des Bruins de Boston. L’arrière originaire du Michigan, qui n’a jamais été repêché dans la LNH, occupe le premier rang des siens à sa position - cinquième au total - avec 16 aides et 22 points en 34 rencontres.

Le défenseur de 26 ans a fait ses classes sous les ordres de Julien, lorsque ce dernier était le pilote derrière le banc des Bostoniens.

Ce n’est donc pas un hasard si Mete a forcé la main à son instructeur en chef au camp d’entraînement, l’automne dernier.

«Victor a surpris tout le monde. Les entraîneurs ne pensaient pas le garder, mais il a tellement bien fait que c’est lui qui a pris la décision pour ses patrons, a imagé Ferris. Ce type de défenseur est très convoité.»

En ce sens, d’avoir mis la main sur Mete au 100e rang de l’encan de 2016 constitue un vol aux yeux de plusieurs éclaireurs.

«Plusieurs équipes ont manqué le bateau et plusieurs décideurs le reconnaissent aujourd’hui!», raconte l’agent.

«Des directeurs généraux ont dit après le repêchage qu’il se cognent la tête sur la table. Ils n’appréciaient pas Victor à sa juste valeur pendant la séance de 2016. Certains recruteurs ont dû expliquer pourquoi ils ne s’étaient pas déplacés pour le voir jouer!»