/news/politics
Navigation

La péquiste Nicole Léger quitte la vie politique

Coup d'oeil sur cet article

La députée péquiste de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, ne sollicitera pas un nouveau mandat lors des élections générales l’automne prochain. Elle en a fait l’annonce mardi matin, dans sa circonscription.

Elle souhaite se retirer dignement, après «sept mandats de don de soi total». «Il est temps pour moi de passer le flambeau. À d’autres de le porter maintenant», a-t-elle déclaré, mardi, dans sa circonscription.

Émotive, presque en larmes, elle a remercié tous ceux qui l’ont soutenue pendant toutes les années de vie politique, ainsi que sa famille.

Elle souligne qu’à 62 ans, sa santé est très bonne et souhaite continuer à militer.

Elle est entrée en politique le 9 décembre 1996, et restera en poste jusqu’à la fin de son mandat, le 1eroctobre 2018.

Élue pour la première fois lors d’une élection partielle en 1996, Nicole Léger est actuellement porte-parole de l’opposition officielle pour le Conseil du trésor.

Bien que la députée montréalaise ait combattu un cancer de la langue en 2015, elle ne quitte pas pour des raisons de santé. 

« Elle ne quitte ni pour des raisons de santé ni pour faire une place à Jean-Martin Aussant, contrairement aux rumeurs. Elle quitte parce qu’elle a fait le tour et que le projet souverainiste est mis au rancart», a commenté une source proche de Mme Léger.

Autres départs

Selon nos informations, le doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, annoncera également au mois de février qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat en 2018.

Élu pour la première fois aux côtés de René Lévesque en 1976, le député d’Abitibi-Ouest aura 74 ans l’automne prochain. François Gendron aura siégé pendant 42 ans sans interruption, un record à l’Assemblée nationale.

« Pour tous ces gens-là, faire une élection dans le seul but de constituer un gouvernement, ce n’est pas suffisant. La souveraineté, c’était la clé», estime une source bien informée

Le député de Bertrand, Claude Cousineau, devrait aussi céder son siège en 2018,  lui qui a été élu la première fois il y a 20 ans.

Deux autres visages bien connus du caucus péquiste, Nicolas Marceau et Agnès Maltais, réfléchiraient également à leur avenir.

– Avec la collaboration de TVA Nouvelles, d'Antoine Robitaille et de Robert Plouffe