/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le hidjab et le fake news

Le hidjab et le fake news
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Je suis  estomaquée du peu de répercussions, ici au Québec, de cette fausse histoire d'attaque au hidjab.

Le 12 janvier, conférence de presse à Toronto. Une jeune fille de 11 ans en pleurs raconte, en présence de sa mère (portant le niqab) qu'en chemin vers l'école, elle a été attaquée par un homme qui a découpé son hidjab avec une paire de ciseaux.

L'indignation est collective... et instantanée. (Et ce même si, à sa face même, l'histoire semble plutôt irréaliste et tirée par les cheveux.)

N'attendant pas que la police vérifie les faits, fasse enquête ou mette la main sur le suspect, le maire de Toronto, la première ministre de l'Ontario et le premier ministre du pays s'insurgent: Comment un tel événement islamophobe a-t-il pu se produire dans le plussse beau pays du monde ? (Remarquez ici que quand il s'agit de dénoncer l'intolérance religieuse et de pleurer sur le sort des opprimés, le PM Trudeau s'empresse de commenter mais quand vient le temps de consoler des familles éplorées par des actes bien réels de terrorisme, il se traîne les pieds.)

Sauf que seulement trois jours plus tard (ce qui prouve que c'était facile à démontrer) la police de Toronto fait une déclaration on ne peut plus claire: "Le crime allégué n'a pas eu lieu".

Pas d'attaque, pas de hidjab découpé, pas de Vilain Ewdard Scissorhands Islamophobe.

On attend toujours que Trudeau s'excuse et que les autres qui ont sauté aux conclusions sans avoir toute l'information fassent leur mea culpa.

Dans une déclaration envoyée à CTV, Trudeau est même allé jusqu'à dire : “We are thankful and relieved that this incident did not take place.” “We have seen an unfortunate pattern of increased hate crimes in past months directed towards religious minorities, particularity towards women,”  “We need to take this issue extremely seriously as this pattern is a warning sign of increased intolerance."

Autrement dit, "On est très soulagé et heureux que l'incident n'ait pas eu lieu. ... Mais, mais, mais, il y a une augmentation du nombre de ces incidents." C'est comme dire "L'incendie n'a jamais eu lieu mais il n'y a pas de fumée sans feu."

Heu désolée, mais le PM n'est-il pas un peu mal à l'aise d'avoir lui-même participé à la propagation d'une fake news ?

 

Si c'était Trump qui avait fait ça, ça aurait hurlé de bord en bord.

On attend aussi que la mère de la petite s'excuse d'avoir laissé entendre que le Canada était un vilain pays peuplé de vilains islamophobes qui détestent que des jeunes filles de onze ans portent un foulard.

D'ailleurs, quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi aucune accusation de méfait public ne sera déposée contre ceux ou celles (la jeune fille ? ses parents ? des leaders de sa communauté ?) qui ont monté cette histoire de toutes pièces ?

Et pourquoi certains ont-ils l'indignation sélective ? Une fake news est impardonnable quand elle vient d'une source mais quand elle vient d'une autre, on ferme les yeux et on passe l'éponge ?

Une autre question: pourquoi la commission scolaire de la jeune fille a-t-elle convoqué une conférence de presse le jour même de la fausse attaque ? Quel empressement y avait-il à convoquer les journalistes avant même de savoir le fin fond de l'histoire ?