/finance
Navigation

Jour noir chez Pages Jaunes

Quelque 500 employés perdent leur poste

Pages Jaunes
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

« Dégueulasse » et « inhumain ». Des employés « à bout » de Pages Jaunes ont reçu comme une tonne de briques l’annonce mardi du congédiement de 500 des leurs à l’échelle du pays, dont un grand nombre au Québec.

Pages Jaunes limitée (TSX : Y) a confirmé l’élimination d’environ 18 % du personnel de la compagnie. Tous les secteurs de la société et toutes les provinces sont visés par cette annonce. Mais une majorité de ces postes seraient dans la métropole, selon plusieurs employés. « Les décisions qui ont une incidence importante sur nos employés sont difficiles, mais absolument essentielles pour assurer la santé à court terme » de la compagnie, a déclaré par communiqué David A. Eckert, chef de la direction.

Ces propos ont fait bondir les employés avec qui Le Journal s’est entretenu.

« C’est dégueulasse ce qu’ils ont fait vivre à leurs gens. Marketing, équipe numérique, un groupe complet de vendeurs. Avec le nouveau PDG, on savait qu’il y aurait des coupures, mais c’est sans précédent. Tout le monde y goûte », a déclaré une employée.

D’autres ont dit comprendre que l’entreprise doive procéder à des mises à pied, mais ont remis en question les façons de faire de Pages Jaunes. « On a besoin d’un vrai plan à moyen et long terme », a indiqué un autre, à la suite d’une réunion tenue en après-midi visant à expliquer « la logique » derrière les mises à pied. Pages Jaunes a fait valoir qu’il s’agissait d’« une étape importante de son programme de réduction des dépenses visant l’amélioration de la mesure de fonctionnement clé du BAIIA [bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements] moins dépenses en immobilisations ».

« Nos sauveteurs »

Une toute nouvelle équipe de direction a été nommée au cours des derniers mois, à la suite de la nomination de M. Eckert. La plupart des membres de la direction proviennent de l’entreprise ayant restructuré les Yellow Pages américaines et britanniques. « Nos sauveteurs », a ironisé un employé.

La compagnie prévoit comptabiliser une charge de restructuration d’environ 17 millions de dollars associée à ces mesures au cours du premier trimestre de l’exercice 2018.

Auparavant très rentable en raison de ses bottins téléphoniques, Pages Jaunes s’est recyclée dans le marketing numérique. Elle possède notamment des sites web comme DuProprio.com et Canada411.ca.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.