/opinion/blogs/columnists
Navigation

Rire du monde

Rire du monde
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx fait le jars à l’approche de la prochaine élection générale en annonçant un investissement historique de 740 millions de dollars pour rénover les écoles du Québec. Il devrait au contraire s’excuser d’avoir laissé se détériorer une multitude d’établissements scolaires au point d’avoir mis en danger la santé et la sécurité des élèves et des travailleurs.

Pris pour des cloches

Après que les gouvernements aient ponctionné des milliards de dollars dans les budgets de l’éducation depuis 2003, le ministre se présente en père noël qui fait pleuvoir les millions pour rénover les écoles et y ajouter du personnel.

Hormis la colère que nous pouvons éprouver devant l’incurie gouvernementale en laissant se dégrader le réseau scolaire au lieu de déployer les moyens utiles au moment approprié, il est encore plus navrant de le voir nous traiter en idiots achetables avec quelques bonbons électoraux.

Irresponsables

Dans une campagne électorale qui est amorcée déjà depuis plusieurs mois, le gouvernement Couillard soigne les apparences et fait dans les relations publiques pour espérer une réélection qui lui permettra de continuer la saignée des services publics.

Certaines mesures annoncées ces dernières semaines se révèlent être du vent alors que les commissions scolaires sont dans l’impossibilité de recruter les ressources promises. Ces difficultés sont dues au manque de main d’œuvre formée et à des budgets qui ne favorisent pas l’ouverture de postes attrayants.

Combien de jeunes auront été privé de services qui les pénaliseront pour la vie parce que les libéraux préféraient empiler une cagnotte en vue de l’élection générale? Combien d’enfants et d’enseignants auront contactés des maladies graves en ayant tardé à rénover les écoles parce que monsieur Proulx voulait son annonce historique à la veille du vote?

Des taxes scolaires moindres et un chèque pour les effets scolaires devraient compléter l’opération destinée à nous rendre « gaga ».