/misc
Navigation

Un peu de chaleur, ça fait vraiment du bien

Un peu de chaleur, ça fait vraiment du bien

Coup d'oeil sur cet article

À l’heure, ou quelques heureux et heureuses se font titiller par les rayons du soleil dans les caraïbes ou les Antilles, nous oublions le froid et la neige avec une très belle nouveauté cubaine. Je suis certain que notre ami Yves Bernard, chronique émérite des musiques du monde au Devoir et nouvellement retraité, aurait certainement apprécié. Inconnue au bataillon, la jeune chanteuse et percussionniste cubaine Brenda Navarete

ne fait pas dans la démesure, en choisissant un cadre assez classique qui toutefois, vous séduira. Loin des ritournelles noyées dans la «  pop  » que nous pouvons justement entendre sur les plages cubaines, Mi Mundo s’inscrit dans une certaine tradition, plutôt dansante. Entourée d’une pléiade de «  patrons  », comme les percussionnistes :  Horacio «  el Negro   » Hernandez , Rolando Luna , le pianiste Leonardo Elesman ou le jouer de trombone Eduardo Sandoval, elle exprime en dix plages, les subtilités de la musique cubaine.


Pour la forme et danser

Si vous êtes un adepte de Zumba ou que certains kilos d’après les fêtes vous dérangent, Mi Mundo accompagnera vos exercices salutaires. Doté d’une voix agréable, nous pourrions affirmer très chantante, elle tient bien le rythme, appui ses compositions sur des modes percussifs extrêmement présents sans que toutefois cela devienne envahissant. S’il y avait eu aimé un peu plus de cuivres, à la manière de ce que fait la saxophoniste soprano Jane Bunnett, Mi Mundo se déguste avec un plaisir certain.

Une visite lors du prochain Festival de jazz serait bienvenue.