/misc
Navigation

GND avoue: attaquer le PQ, c'est utile!

GND avoue: attaquer le PQ, c'est utile!

Coup d'oeil sur cet article

Très intéressante, cette remarque de Gabriel Nadeau Dubois à Télé-Québec. Une remarque qui a fait bondir les péquistes, outrés, furieux, les dents serrées et les doigts à la mitraille sur Twitter et Facebook.

Voici ce qu’a dit le vrai chef de QS durant l’émission Dans les médias :

«À Québec solidaire, si on veut avoir de l'attention médiatique, la meilleure manière c'est d'attaquer le Parti québécois. [...] Là on sait que, tout d'un coup, tous les micros vont se tendre, et toutes les caméras vont être sur nous.»

Il a tout compris, GND. Il ira loin, je vous le dis. Il fera le bonheur des analphabètes fonctionnels comme il fait déjà celui des universitaires et des cégépiens.

S’en prendre au PQ, c’est s’en prendre au Graal souverainiste. C’est comme vandaliser une église. Ou abattre les pierres tombales dans un cimetière.

C’est un péché de nos jours. Surtout de nos jours. Toucher au PQ, c’est quasiment blasphématoire. De là, l’attention instantanée des médias envers les iconoclastes solidaires.

C’est d’autant plus rigolo que le champ de ruines entrevu par Parizeau est indéniable et les augures au plus mauvais.

GND avoue: attaquer le PQ, c'est utile!
PHOTO ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL

Ce qui pose la question : mais qui voudra de la direction du PQ l’automne prochain?

Lisée n’a pas l’humilité d’un second violon parlementaire. Et sa réélection dans Rosemont-Petite Patrie n’est pas du tout acquise... Les termites de la gauche communautaire y sont déjà à l'oeuvre.

Alexandre Cloutier sera parti. Quant à Aussant, le survenant, qu’en dire au juste? Il descendra du ciel ou restera au plus haut des cieux. Au bonheur ou au déplaisir de son public; de tout temps, il y en eut pour croire en ce qui ne vient jamais...

À une époque, il y avait quelque chose de sacré dans la tâche de diriger le PQ. Parce qu’il était seul à vouloir faire de la Belle province un pays. Il y est presque parvenu mais les idéalistes n’ont pas été assez nombreux...

De la saignée actuelle, il s’en trouvera pour dire qu’il s’agit d’une «formidable opportunité» de relance mais le Québec ordinaire y voit plutôt les premiers signes d’une formidable débandade.

Agnes Maltais retraite
GND avoue: attaquer le PQ, c'est utile!
Photo Simon Clark

 

On a effectivement le sentiment qu’une page d’histoire se tourne sous nos yeux, en direct à la télé. Ce parti agonise. Les uns après les autres, les éreintés défilent à la télé pour dire qu’ils raccrochent, fatigués, vieillis, au bout du chemin.

Comme dans la chanson, avec le temps, va, tout s’en va. De même l’envie de souffler éperdument dans un ballon qui se dégonfle depuis plus de vingt ans.

Vingt ans de mots et de tergiversations. Vingt ans d’incapacité. Vingt, trente, cinquante années d’une dramatique destinée...

Soumis aux maîtres-chanteurs syndicaux, les Québécois n’auront fait qu’un seul gagnant : l’État dont les pâturages éternellement engraissés sont réservés aux veaux d’or et aux vaches sacrées...

Surgissent en un haut-le-cœur des fragments du Refus global : «Ils se dévouent à salaire fixe, plus un boni de vie chère, à l’organisation du prolétariat», exigeant toujours plus d’impôt et de taxes... René Lévesque en était dégouté.

En attendant le renvoi de la social-bureaucratie, la nervosité gagne le complexe politico médiatique local dont le fond de commerce serait déclassé avec la fin du PQ.

Au détour d’un paragraphe ou sur le conseil d’un expert, on suggère donc l’ultime Moïse: Jean-Martin 1er... Après Boisclair, Marois, PKP, Lisée, pourquoi pas!

Le fantôme de l’opéra
GND avoue: attaquer le PQ, c'est utile!
Photo courtoisie

Mais le fantôme de l’opéra souverainiste voudra-t-il de ce que Cloutier ne voulait pas? Cloutier qui part avant les génuflexions automnales...

Boudé deux fois, il largue les amarres pour couper le sifflet aux supputateurs contrits. Car c’est vers lui qu’après la défaite, se tourneraient les militants péquistes si clairvoyants... à retardement.

Certains espèrent le retour de Pierre Karl Péladeau. Sans doute est-il toujours épris de politique mais son retour est-il vraiment envisageable? Au reste, il courrait le risque de conclure la chronique d’un naufrage annoncé.

Chez Québec solidaire, comme dirait Zinoviev, un «avenir radieux» est très possible. D’ailleurs le temps joue en faveur de QS. La CAQ ne pourra résister longtemps aux jérémiades syndicales qui font le bonheur des télés de remplissage; le peuple réclamera la paix sociale, et consentira à se faire avoir.

Avec son petit prince Gabriel Nadeau Dubois, Québec solidaire sera en meilleure posture que le PQ en 2022.

Détail oublié ces jours-ci : GND avait lancé en 2016 une tournée du Québec intitulée «Faut qu’on se parle», une version solidaire de la Soirée canadienne...

À ses côtés, il y avait un certain Jean-Martin Aussant, le marquis de la socio-économie...