/finance/business
Navigation

Téo Taxi perd trois de ses hauts dirigeants

Pas un signe de crise, affirme Alexandre Taillefer

Taxi
Christopher Nardi / JdeM Les trois hauts dirigeants ayant quitté Téo Taxi sont des « gars technos » plus intéressés à lancer des entreprises qu’à gérer au quotidien, selon Alexandre Taillefer, photographié lors du lancement de l’entreprise en novembre 2015.

Coup d'oeil sur cet article

Si trois hauts dirigeants de Téo Taxi ont quitté l’entreprise récemment, c’est qu’elle est passée du stade « start-up » à « entreprise moyenne », estime son fondateur, Alexandre Taillefer.

Depuis le début du mois, Téo Taxi a perdu son directeur général et cofondateur, Patrick Gagné, son directeur des opérations, Thierry St-Cyr, et un autre de ses cofondateurs, Jeff Desruisseaux, qui vient d’annoncer sur son compte Facebook qu’il quittera à la fin du mois.

« Il y a une réalité à laquelle on fait face. On n’est plus une start-up. On est une moyenne entreprise qui va avoir 1000 employés d’ici à la fin de l’année. Ça ne se gère pas comme une start-up », a expliqué M. Taillefer en entrevue téléphonique au Journal.

L’homme d’affaires qualifie MM. Gagné, St-Cyr et Desruisseaux de « gars technos » plus intéressés à lancer des entreprises qu’à gérer au quotidien.

« Développer de nouvelles applications, des nouvelles marques, c’est le fun. Mais quand vient le temps d’être dans les opérations au jour le jour, c’est un tout autre défi. Ils vont aller lancer de nouvelles start-up », avance M. Taillefer.

Téo Taxi a retenu les services de la firme Gestrans, à Longueuil, pour l’aider dans la gestion de ses opérations.

Pas de Téo à Québec

Attendues l’an dernier à Québec, les voitures électriques vertes et blanches ne devraient pas rouler cette année dans les rues de la capitale nationale.

« Peu probable. Nous avons beaucoup de boulot à Montréal », avoue M. Taillefer.

Les modifications réglementaires apportées par le gouvernement Couillard en novembre dans l’industrie du taxi ont donné une nouvelle erre d’aller à Téo Taxi.

« On a engagé 150 personnes depuis les six dernières semaines ; 600 autres le seront dans les 12 prochains mois. On veut atteindre 350 véhicules », ajoute l’homme d’affaires qui s’apprêterait à annoncer dans les prochains jours un investissement majeur.

– Avec la collaboration de Marie-Christine Trottier