/world/middleeast
Navigation

Yémen: affrontements entre l'armée et des séparatistes à Aden

YEMEN-CONFLICT-AID
AFP

Coup d'oeil sur cet article

YÉMEN | Au moins onze personnes ont été blessées dimanche lors d'affrontements à Aden, deuxième ville du Yémen, entre l'armée et des éléments séparatistes qui exigent le départ du gouvernement, selon des sources sécuritaires et hospitalières. 

Les incidents ont éclaté lorsque des unités de l'armée loyale au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont tenté d'empêcher des manifestants séparatistes d'entrer dans cette ville portuaire du sud du pays en guerre, selon des sources sécuritaires.

Le Sud Yémen était un État indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990.

Des affrontements ont opposé dimanche des militaires gouvernementaux à des forces de sécurité favorables au mouvement sécessionniste du sud qui comptent sept blessés dans leurs rangs, ont ajouté ces sources.

Quatre civils séparatistes ont aussi été hospitalisés, ont précisé des sources médicales. Il n'était pas exclu que le bilan s'alourdisse.

La tension était vive dimanche à travers Aden où des forces de sécurité se sont déployées en nombre, ont indiqué des témoins, précisant que des incidents ont éclaté dans plusieurs endroits.

Le Mouvement sudiste (séparatiste) est très puissant dans le sud du Yémen et ses relations sont tendues depuis l'année dernière avec le gouvernement qui s'est repositionné à Aden après avoir été chassé en septembre 2014 de la capitale Sanaa, conquise par des rebelles Houthis soutenus par l'Iran.

Le gouvernement du président Hadi est soutenu militairement depuis mars 2015 par une coalition dont des forces saoudiennes et émiraties sont présentes à Aden.

Dès samedi soir, cette coalition a diffusé un communiqué exprimant son inquiétude et appelant au «calme» et à la «retenue».

L'ancien gouverneur d'Aden, Aidarous al-Zoubaidi, limogé en avril 2017 par M. Hadi, avait annoncé en mai la mise en place d'un Conseil de transition du sud, placé sous sa présidence pour «diriger les provinces du sud et les représenter à l'intérieur et à l'extérieur» du pays.

La manifestation de dimanche était organisée par cette instance.

Dans son communiqué diffusé à Riyad, la coalition sous commandement saoudien a souligné l'importance pour les différents groupes politiques yéménites de «tenir compte de leur responsabilité nationale» pour achever ensemble la «libération» du Yémen et la «défaite des miliciens Houthis iraniens».

Elle a précisé qu'elle suivait de près la situation «dans la capitale provisoire (Aden) et le débat dans les médias à propos de certaines demandes pour corriger certains déséquilibres» dans la politique du gouvernement Hadi.

La coalition a enfin appelé les parties en conflit dans le sud à adhérer au «dialogue» et à éviter la «division» qui «mine les institutions de l'État».