/finance/business
Navigation

Metro se prépare à la hausse du salaire minimum

Celle-ci pourrait affecter ses marges de profits

Metro se prépare à la hausse du salaire minimum
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les hausses des salaires minimums dans les deux grandes provinces canadiennes et l’automatisation ont marqué la conférence de presse de Metro en marge de son assemblée générale annuelle.

Les hausses successives à 15 $ de l’heure en janvier 2019 en Ontario et à 12 $ de l’heure en mai 2018 au Québec pourraient venir gruger les marges de profits déjà réputées faibles dans le secteur de l’alimentation.

Seulement en Ontario, la hausse du salaire minimum décrétée au début janvier va entraîner des coûts supplémentaires pour Metro de 35 à 50 millions $ en 2018. Et puisque la majorité des magasins ontariens sont corporatifs, c’est la chaîne qui devra encaisser le coup.

Gérer le défi

Pour gérer ce défi, le président a mentionné que « certaines heures d’ouverture dans les magasins ontariens seront revues à la baisse et que la productivité devra augmenter ».

Les nouvelles technologies vont prendre de plus en plus de place en magasin afin de hausser la productivité. Les caisses en libre-service tout comme les étiquettes de prix électroniques sur les tablettes devraient augmenter.

Un projet pilote de type « scan and go » où les gens balaient les codes barres avec un scanneur et ramassent leur épicerie plus tard serait aussi à l’étude.

Quant à l’épicerie en ligne, « il s’agit d’un marché microscopique, dit Eric R. La Flèche. Ça va continuer de croître et nous avons des projets en ce sens ».

Rien de concret toutefois pour l’épicier qui ne se sent pas menacé par les compétiteurs qui misent sur ce modèle, notamment le fameux cas du marchand en ligne Amazon qui a acheté la bannière Whole Foods.

Chiffre d’affaires

Au premier trimestre de 2018, le chiffre d’affaires a grimpé de 4,7 % par rapport à la même période l’an dernier pour s’établir à 3111,8 millions $.

Le bénéfice net ajusté est passé de 138,1 millions $ au premier trimestre de 2017 à 153,4 millions $ au plus récent.