/sports/jo
Navigation

Le rêve olympique de Kim Boutin

Kim Boutin
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Kim Boutin

Coup d'oeil sur cet article

Les Jeux olympiques de Pyeongchang approchent à grands pas et les athlètes en sont à leurs derniers préparatifs. Pour la patineuse sherbrookoise Kim Boutin, ce sera une première expérience olympique.

Elle et les autres membres de l’équipe de patinage de vitesse courte piste ont pris l’avion, jeudi matin, en direction de la Corée du Sud.

«C’est excitant, elle avait hâte de partir pour s’y attaquer», a raconté Pierre Boutin, le père de Kim.

C’est pour imiter son grand frère Frédéric qu’elle a commencé à patiner à l’âge de six ans.

«Ç’a toujours été dans son âme de réaliser ce rêve-là», a-t-il ajouté.

Motivée à prendre part aux JO, l’athlète a pris les choses en mains en se classant au premier rang lors des essais de sélection de l’équipe canadienne. Le travail ne faisait que commencer.

«C’est une "job", a mentionné le paternel. Elle, c’est son travail. Elle patine deux fois par jour et des fois trois, si elle va au gymnase. Ce qu’elle voulait améliorer dernièrement, c’est sa technique.»

Le père de Kim se rendra à Pyeongchang pour encourager sa fille.

«On est là pour la soutenir. Le plus beau pour des parents, c’est de voir leurs enfants réaliser leurs rêves», a-t-il expliqué.

«Ça va me coûter entre 8000 $ et 10 000 $ pour aller faire un tour là-bas. Juste une nuit d'hôtel, c'est 475 $», a-t-il argué.

Deux autres athlètes de l’Estrie seront à surveiller en Corée du Sud, soit Alex Boisvert-Lacroix, 30 ans, de Sherbrooke, en patinage de vitesse sur longue piste, et Maxence Parrot, 23 ans, de Cowansville, en surf des neiges.

Parmi les activités d'encouragement à venir, chacune des courses de Boutin et de Boisvert-Lacroix seront présentées à La Cage-Brasserie sportive de Sherbrooke, et ce aussitôt qu'à 5 h du matin, en raison du décalage horaire de 14 heures.

«Oui c'est très tôt! Ce n'est pas habituel pour La Cage, mais on voulait prendre part à cet événement exceptionnel. On veut faire partie de Sherbrooke», a raconté Jean-Daniel Chabot, directeur général de La Cage à Sherbrooke.

Une enseignante de l’Université de Sherbrooke aux JO

À Pyeongchang, les athlètes seront entre bonnes mains puisque Guylaine Boutin, physiothérapeute et enseignante à École de réadaptation de l'Université de Sherbrooke y sera en tant que thérapeute en chef de l'équipe médicale du Canada. Elle en sera à ses troisièmes jeux, après Sotchi en 2014 et Rio en 2016.