/24m
Navigation

Nous ne savons plus rencontrer

Nous ne savons plus rencontrer
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, il n’existe pas de culture de la drague comme en France ou en Italie. C’est tant mieux, diront certains. Et ça démontre que les rapports y sont plus égalitaires. Mais avec la venue des médias sociaux et autres sites ou applications de rencontre, on dirait que c’est pire.

Qu’on soit homme ou femme, L, G, B, T ou Q. Les yeux rivés sur nos cellulaires. À se méfier d’un regard, un bonjour, un sourire.

On semble avoir perdu cette faculté d’entrer en contact les uns avec les autres.

Pire que 15 cigarettes

Ce constat d’apparence futile cache un problème beaucoup plus grave. Plusieurs études sérieuses le démontrent. La solitude serait plus dommageable pour la santé que le manque d’activité physique ou l’obésité.

Plus mauvaise que de fumer 15 cigarettes par jour. Ne plus savoir se rencontrer, c’est aussi ne plus savoir être en relation avec l’autre et, par le fait même, diminuer substantiellement notre espérance de vie.

Ministère de la Solitude

La Grande-Bretagne a décidé d’en faire un enjeu de santé publique en créant un ministère de la Solitude. Peut-être devrions-nous y penser aussi.

Récemment, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) nous apprenait que c’est dans la Belle Province que la proportion de personnes vivant seules est la plus élevée au pays (17 %). Dans la métropole, un Montréalais sur cinq (21 %) vit en solo. Les couples se séparent.

Les familles éclatent. Et il est maintenant possible de se louer un ami ou encore de s’acheter des câlins sur des sites internet comme https://www.book-a-friend.com/ et https://bar-a-calin2.weebly.com/

Mieux que l’époque des «vieilles filles»

Selon Chiara Piazzesi de l’UQAM, il est faux de croire que cette apparente épidémie de solitude cache une détérioration de la qualité de nos relations.

«Avant, les problèmes relationnels existaient, mais les couples s’enduraient. Aujourd’hui, les gens font le choix de vivre seul.»

La professeure en sociologie y voit même une évolution.

«Nous sommes à l’ère de la monogamie en série. Les gens auront plusieurs relations significatives au cours de leur vie. Et les femmes célibataires ne sont plus stigmatisées.»

Levez les yeux de vos écrans et vivez plus longtemps

Mais la solitude demeure tabou et encore trop de personnes en souffrent.

En cette semaine de la Saint-Valentin, si on faisait un effort pour aller vers l’autre? Car l’un des secrets des habitants d’Okinawa, au Japon, où l’espérance de vie est la plus longue, est d’avoir un réseau social tissé serré.

Bonne Saint-Valentin à tous les amoureux de la vie!

*Ne manquez pas l’émission Mise à jour, pilotée par Sophie Vallerand, les lundis 20 h sur les ondes de MAtv