/finance/business
Navigation

La Maison Simons à un tournant important

Le président réclame une meilleure équité fiscale

Le président de la Maison Simons, Peter Simons, cherche de nouveaux capitaux pour construire un centre de distribution hautement robotisé de 150 M$. 
Photo Stevens Leblanc Le président de la Maison Simons, Peter Simons, cherche de nouveaux capitaux pour construire un centre de distribution hautement robotisé de 150 M$. 

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le commerce de détail évolue à une vitesse grand V, l’homme d’affaires Peter Simons se désole de la lenteur des gouvernements à agir pour rétablir une meilleure équité fiscale auprès des géants du commerce électronique.

« Les gens sont plus avancés que les politiciens dans leurs réflexions. Politiquement, ce n’est pas rendu assez douloureux encore, mais la douleur s’en vient. Ne vous détrompez pas », a affirmé M. Simons.

Dans l’esprit du grand public, il y a un lien entre le nombre de bains donnés dans les CHSLD et la façon de faire des Amazon et Netflix de ce monde, dit-il. « Je vais à Ottawa et j’ai quatre minutes devant le comité sur l’équité fiscale, alors que Netflix a 780 emails et un contrat secret. Ils ont beaucoup plus de visibilité. On ne réalise pas ce qui s’en vient. Oui, j’aimerais que ça avance plus vite », a-t-il déclaré.

Parallèlement au combat que livre M. Simons pour une plus grande équité fiscale, l’entreprise familiale, fondée à Québec en 1840, pourrait accueillir de nouveaux investisseurs dans ses rangs. Le président, qui a rencontré les médias jeudi en vue de l’ouverture prochaine du nouveau magasin des Galeries de la Capitale, n’a toutefois pas précisé sous quelle forme viendront les nouveaux capitaux, mais il n’exclut aucun scénario.

« Tout est sur la table. Je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant. »

L’entreprise, qui génère près de 3000 emplois, cherche des partenaires qui auront une « profondeur philosophique » en affaires en communion avec les frères Peter et Richard Simons.

Centre de distribution robotisée

L’arrivée de nouveaux partenaires permettrait la construction d’un centre de distribution hautement robotisé évalué à 150 M$ au Canada. « Ce sera le centre de distribution le plus efficace en Amérique du Nord, dans notre marché. Ça va être dans le top. On n’a pas d’autres choix. »

« On est à un moment important de notre développement. On a des ambitions, mais les moyens, c’est plus difficile. Cela exige de gros investissements. J’aimerais rester comme je suis ou comme j’étais. La réalité, c’est que l’on est à un point tournant du commerce électronique. On a bâti quelque chose qui nécessite des investissements. J’essaie de trouver des partenaires qui vont comprendre notre vision. »