/weekend
Navigation

Enquête à la lueur des lampes à l’huile

Steven Price
Photo Marie-France Bornais

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré par l’histoire vraie du légendaire détective William Pinkerton, l’écrivain canadien Steven Price a revu l’existence de cet Américain pour lui donner une vie littéraire exceptionnelle dans son nouveau roman, L’homme aux deux ombres.

Son histoire se déroule à la fois aux États-Unis pendant la guerre de Sécession et dans les rues de Londres, vers la fin des années 1800. Edward Shade, un génie du crime soupçonné d’être le maître d’œuvre de nombreuses affaires crapuleuses, est insaisissable. Personne ne l’a jamais vu... à tel point qu’on se demande s’il existe vraiment.

« Personnage conflictuel »

Le détective William Pinkerton, lui, est persuadé que Shade existe et traverse l’Atlantique pour aller l’épingler, pour un crime réalisé en sol américain pendant la guerre de Sécession.

« Il m’a fallu environ quatre ans pour écrire ce livre », commente Steven Price, en entrevue, lors d’une tournée de promotion au Québec. « J’étais assez avancé dans l’écriture d’un autre roman lorsqu’un beau matin, j’ai écrit le paragraphe d’ouverture de L’Homme aux deux ombres, décrivant un détective, un homme de loi qui avait aussi tous les aspects d’un criminel : un homme imposant, charismatique et violent.

« Je souhaitais faire une double biographie, celle de cet homme et celle d’un autre qui serait une sorte de jumeau, son ombre, en quelque sorte. Et je savais que j’allais écrire à propos de Pinkerton, dont j’avais déjà lu la biographie. C’était un personnage conflictuel : en conflit avec les autres et avec lui-même. »

Le vrai Pinkerton a travaillé dans les services secrets américains pendant la guerre de Sécession, puis dans la police de Chicago avant de fonder la Pinkerton National Detective Agency.

Ambiance victorienne

Pendant l’écriture, Steven Price s’est immergé dans cette ambiance ­victorienne, éclairée aux lampes à l’huile, brumeuses, propice aux crimes, aux larcins, à l’escroquerie et aux meurtres.

Steven Price a entrepris une recherche documentaire longue et exigeante. « J’adore l’histoire, mais je savais peu de choses sur l’époque victorienne qui a ­produit des écrivains remarquables comme Charles Dickens et Conan Doyle, bien sûr. Il m’a fallu faire beaucoup de recherches, qui m’ont éclairé sur des détails que je ne connaissais pas. Il fallait à chaque fois que je revienne sur mes pas pour faire des corrections.

<i>L’homme aux deux ombres</i></br>
Steven Price</br>
Éditions Alto, 736 pages
Photo courtoisie
L’homme aux deux ombres
Steven Price
Éditions Alto, 736 pages
  • Steven Price est ­romancier, poète et enseignant.
  • L’homme aux deux ombres, a figuré sur les premières listes des ­prestigieux prix Scotiabank Giller et IMPAC Dublin.
  • ll a aussi fait partie de la sélection des Meilleurs livres de l’année du quotidien torontois Globe and Mail.