/news/politics
Navigation

Nouveau règlement sur les pesticides: le prix du grain québécois augmentera, préviennent les producteurs

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les producteurs de grains du Québec craignent que la nouvelle réglementation sur les pesticides, annoncée lundi par Québec, réduise leur compétitivité face au marché international.

Le nouveau règlement du gouvernement Couillard obligera dès avril 2019 les agriculteurs à obtenir d’un agronome une prescription pour cinq pesticides, soit trois types de néonicotinoïde, l'atrazine et le chlorpyrifos. Ces pesticides auraient un impact nocif sur les insectes pollinisateurs, notamment les abeilles.

Mais selon les producteurs, cette étape supplémentaire dans le processus d’autorisation environnemental aura pour effet d’augmenter les coûts de production du grain. Par conséquent, les producteurs du Québec risquent d’être moins compétitifs face au marché international, insistent les producteurs.

«La réglementation québécoise sera plus restrictive que celle qui a été adoptée en Ontario», a indiqué le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek.
M. Overbeek croit que le gouvernement devrait faire confiance aux producteurs quant à l’utilisation judicieuse des pesticides, plutôt que de chercher à restreindre leur utilisation par règlement.

Les apiculteurs soulagés

La Fédération des apiculteurs du Québec (FAQ) a accueilli «avec soulagement et une grande satisfaction» les modifications apportées par Québec au règlement sur les pesticides.

«De nombreuses études scientifiques ont documenté et validé nos constats sur le terrain. Nous nous réjouissons que le Ministère écoute enfin la voix de la science», a indiqué par communiqué le président de la FAQ, Stéphane Leclerc.

Les éleveurs d’abeilles déplorent toutefois que la réglementation d’entre en vigueur qu’au printemps 2019.