/news/health
Navigation

Il soigne ses patients même aux Jeux olympiques

Un médecin continue de soigner ses patients à distance avec le web

docteur-corée
Photo Courtoisie Le médecin Sylvain Couture, qui se trouve en Corée du Sud pour les Jeux olympiques, continue de faire des consultations grâce à une plateforme web sur laquelle les patients remplissent un questionnaire.

Coup d'oeil sur cet article

Un médecin québécois en Corée du Sud pour les Jeux olympiques continue de soigner ses patients au Québec grâce à une nouvelle plateforme médicale en ligne.

« J’ouvre mon ordinateur et je fais des consultations pour des patients à Dolbeau [au Lac-Saint-Jean] ou dans un petit village de la Mauricie », s’étonne l’omnipraticien de Montréal Sylvain Couture.

Il se trouve pourtant à Pyeongchang en ce moment, comme médecin pour les centaines d’employés du diffuseur des Jeux olympiques. Mais il fait d’une à deux consultations chaque jour pour des patients au Québec, malgré les 14 heures de décalage horaire.

Questionnaire

Lancée cet automne, la plateforme d’AkioSoft permet à des patients d’obtenir un diagnostic où et quand ils le veulent, en remplissant un questionnaire détaillé. La cinquantaine de questions s’adapte selon les maux et les symptômes décrits.

« Plus besoin de coordonner nos horaires avec ceux des médecins [...] je le fais quand j’en ai de besoin, sans rendez-vous, à 3 h du matin ou au travail », décrit le fondateur d’AkioSoft, Francis Nicloux.

Sur sa plateforme, les patients peuvent ensuite voir quand les médecins seront disponibles pour consulter les résultats du questionnaire. Ceux-ci peuvent ensuite leur poser des questions supplémentaires, leur prescrire un médicament ou un examen chez un spécialiste, par exemple.

« Un échange [avec le médecin] est possible, assure M. Nicloux, mais c’est 100 % web comme processus. »

Le coût d’accès à la plateforme est de 9,95 $ pour un patient. Le coût de la consultation, facturé par les médecins, est ensuite de 20 $ à 40 $, explique M. Nicloux, car la télémédecine n’est pas encore remboursée au Québec, comme c’est le cas en Colombie-Britannique.

Ouvert à tous

Jusqu’ici, quatre omnipraticiens se sont inscrits et ils pouvaient y inviter leurs patients à l’essayer. Mais la plateforme est désormais ouverte à tous, qu’ils aient déjà un autre médecin de famille ou non.

D’autres pourront être recrutés et formés quand il y aura plus de demandes, poursuit-il.

Pour l’instant, le Dr Couture se dit très satisfait de son expérience avec les consultations sur le web. « C’est un meilleur accès pour les patients », dit-il, ayant l’impression d’avoir pu éviter des visites à l’urgence à certains d’entre eux.

Il a notamment prescrit des antibiotiques contre des sinusites, renouvelé des prescriptions ou changé la posologie de certains patients, en dépression par exemple, qui ne se sentaient pas mieux.

Sylvain Couture assure que lui seul pose le diagnostic. S’il craignait d’avoir plus de difficulté sans le patient devant lui, ce n’est pas le cas. Il ne fait pas moins de diagnostics ainsi qu’en cabinet.