/opinion/blogs/columnists
Navigation

L'indignité de Lucien Bouchard

L'indignité de Lucien Bouchard
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’entente avec les médecins spécialistes fait jaser, et avec raison. Si le Parti libéral mettait amplement de l’avant son trio économique pendant la campagne électorale de 2014, c’est plutôt le trio des médecins (Philippe Couillard, Gaétan Barrette et Yves Bolduc) qui a retenu notre attention, une fois le PLQ élu. Le problème est structurel, et le pouvoir des médecins spécialistes est profond, et le présent gouvernement n’en est pas l’unique responsable. Il est néanmoins clair que les docteurs en ont eu pour leur argent depuis l’arrivée de l’équipe libérale.

Le Journal nous apprenait hier que Lucien Bouchard, premier ministre du Québec de 1996 à 2001, faisait partie de l’équipe de négociateurs de la Fédération des médecins spécialistes pour arracher deux milliards de dollars de l’État québécois. Il est ironique que celui qui a dû couper –à titre de premier ministre– dans le système de santé soit aujourd’hui qui va chercher plus de fonds publics pour ceux qui reçoivent 20 pour cent du budget du ministère de la Santé.

On ne reprochera pas à Lucien Bouchard de vouloir gagner sa vie. M. Bouchard est avocat, et avait été choisi comme négociateur en chef du Québec en 1995 advenant une victoire souverainiste. Il est donc normal qu’après avoir quitté la politique il fasse ce qu’il fait de mieux, c’est-à-dire, négocier. Les causes qu’il mène dans le secteur privé ne le regardent que lui, encore qu’elles nous indiquent bien ses penchants, qui sont presque toujours du côté patronal. Il faut dire que Lucien Bouchard n’est assurément pas l’avocat le moins cher en ville, et que seuls des intérêts qui ne manquent pas de deniers peuvent se le permettre.

Le problème est ailleurs. Quand on a dirigé un État, il est pour le moins douteux de travailler pour des intérêts particuliers contre ce même État. Aller en politique ne devrait pas être une simple manière de garnir son CV et d’apprendre à connaître la machine pour connaître ses points faibles et mieux les exploiter une fois dans le secteur privé.  On ne parle pas ici d’un simple ex-politicien, mais d’un ancien premier ministre, ayant occupé la plus haute fonction de l’État québécois. Cela commande une éthique sans faille.

Ce n’est pas la première fois que Lucien Bouchard choisit de défendre des groupes particuliers contre l’État québécois, ayant déjà représenté l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires contre le Ministère de la Santé et des Services Sociaux. Il a aussi représenté des parents d’élèves contre 68 commissions scolaires (sur 72). Attention, il n’est pas ici question de juger de la justesse des griefs des plaignants, mais de la présence d’un ancien premier ministre dans le processus. Représenter des intérêts particuliers souvent puissants et plein de moyens face aux pouvoirs publics, c'est la quintessence de l'élu qui profite de sa notoriété politique pour la monétiser. Il est d’ailleurs fort probable que si Lucien Bouchard n’avait pas été en politique, il n’aurait pas été désigné avocat dans ces mandats contre l’État. Nous sommes loin de l’ancien homme politique français Pierre Joxe, qui travaille à l’équivalent de l’aide juridique française à défendre des mineurs.

Monsieur Bouchard a aussi, on s’en souvient, été président de l’Association pétrolière et gazière du Québec. Imagine-t-on un président américain ou français devenir lobbyiste après la fin son mandat ?  En 2005, l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a été nommé président du conseil de surveillance du consortium germano-russe créé pour la construction d'un gazoduc entre l'Allemagne et la Russie ; en 2017, ce même Schröder a été élu président du conseil d’administration du géant pétrolier russe Rosneft, lui qui était déjà à la tête comité d’actionnaires d’une société contrôlée par le groupe russe Gazprom. Les reconversions de l’ex-chancelier ont, à juste titre, causé un tollé en Allemagne.  Tant sa successeur Angela Merkel que Martin Schulz, le chef du parti que dirigeait M. Schröder, ont vivement dénoncé les choix de l’ancien chef d’État allemand.

À nous, au Québec, d’en faire autant. Il est de plus en plus difficile d’entretenir une vision exigeante de la fonction d’élu tellement les politiciens nous ont déçu. Il faudrait pourtant recommencer à nommer l’inacceptable.