/sports/jo
Navigation

10 équipes: une bonne idée ?

Le bronze à la Finlande au hockey féminin

IHOCKEY-OLY-2018-PYEONGCHANG-FIN-RUS
Photo AFP Les Finlandaises ont remporté la médaille de bronze grâce à une victoire de 3 à 2 contre les athlètes olympiques de Russie.

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | Les Canadiennes contre les Américaines en finale du hockey féminin. Les Finlandaises qui gagnent la médaille de bronze. Ça ne vous semble pas du déjà-vu ?

Ces trois équipes forment presque toujours le top 3 du tournoi olympique depuis son instauration en 1998.

Le résultat du podium est pas mal prévisible. Les positions des équipes varient un peu, mais c’est toujours les mêmes qui y montent. C’est le spectacle qui en souffre. Dans ce contexte, la question se pose : la décision de la Fédération internationale de hockey d’augmenter de huit à 10 le nombre d’équipes aux Jeux de Pékin en 2022 est-elle une bonne idée ?

Pour la promotion du hockey en Asie, certainement. Mais ce n’est sûrement pas ce qui va rendre le spectacle plus intéressant.

Les Chinoises de retour

On retrouvait deux équipes asiatiques à Pyeongchang, soit le Japon, qui a été la dernière formation à se qualifier, et la Corée unifiée en tant que pays hôte des Jeux.

Les Chinoises effectueront quant à elles un retour lors des prochains Jeux, qui auront lieu chez elles. Elles avaient pris la quatrième place à Nagano en 1998, mais n’avaient pas réussi à se qualifier pour les Jeux de Sotchi en 2014 ni pour ceux de Pyeongchang.

La Fédération chinoise désire présenter une équipe décente dans quatre ans et elle a décidé de mettre les efforts financiers dans le but de développer son programme de hockey.

C’est dans cette optique que deux équipes — le Red Star de Kunlun et les Rays de Vanke —, parmi lesquelles sont dispersées les meilleures joueuses du pays, ont joint les rangs de la Ligue canadienne. Cela leur permet de prendre de l’expérience en évoluant contre des joueuses de grand talent.

Le Red Stars et les Rays peuvent aussi aligner quelques joueuses de l’étranger. Ainsi, le Red Star compte dans ses rangs la gardienne étoile finlandaise Nora Raty et l’attaquante américaine Kelli Stack.

À Montréal, on a déjà eu la chance de voir ces deux formations à l’œuvre. Le Red Star est passé en ville en novembre, les Rays en janvier, pour des séries de trois matchs contre les Canadiennes. Ce sera au tour de la formation montréalaise d’aller livrer des matchs en Chine au retour de la pause olympique.

La troisième fois

Pour en revenir au match de la médaille de bronze, Raty a été une inspiration pour les Finlandaises, avec ses 20 arrêts dans la victoire de 3 à 2 sur les athlètes de Russie.

C’est la troisième fois que les Finlandaises remportent le bronze olympique après leurs réussites de Nagano, puis de Vancouver en 2010.

Les friands de statistiques seront heureux d’apprendre que Susanna Tapani, Petra Nieminen et Linda

Valimaki ont touché la cible du côté finlandais, la réplique venant de Olga Sosina et de Lyudmila Belyakova.

► C’est une Montréalaise — l’arbitre Gabrielle Ariano-Lortie — qui était aux commandes du match. L’Ontarienne Justine Todd a agi en tant que juge de lignes.