/world/europe
Navigation

Un journaliste français dénonce la chasse aux bébés phoques alors qu'elle est interdite depuis 1987 au Canada

Un journaliste français dénonce la chasse aux bébés phoques alors qu'elle est interdite depuis 1987 au Canada
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le journaliste français Aymeric Caron s’est insurgé à l’émission Quotidien contre la chasse canadienne aux bébés phoques alors que la pratique est interdite depuis... 1987.

L’homme de 46 ans qui était venu présenter son nouveau parti politique en a profité pour décrier une situation qu’il juge inacceptable. «Ils [les Canadiens] ont repris la chasse aux bébés phoques, ce qui est un scandale absolu. Elle a été intensifiée», a-t-il lancé sur les ondes de l’émission d’infodivertissement.

Aymeric Caron n’a sûrement pas pris la peine de faire une rapide recherche Google avant son intervention puisqu’il aurait constaté sur le site du ministère Pêches et Océans Canada que la «chasse des petits du phoque du Groenland (blanchons) et des petits du phoque à capuchon (dos bleus) est interdite au Canada, et ce depuis 1987». Le ministère a confirmé au HuffPost France que la reprise de cette pratique n’a jamais été autorisée depuis la fin des années 1980.

L’image du bébé phoque a été utilisée maintes et maintes fois par les organisations de défense des droits des animaux, même après 1987. Et d’ailleurs, qui dit «bébés phoques», dit Brigitte Bardot. La vedette française, qui milite depuis longtemps en faveur des animaux, avait à l’époque posé pour Paris Match sur les glaces du golfe du Saint-Laurent en train d’enlacer l’une de ces petites bêtes. L’image apparaît encore aujourd’hui sur le site de la Fondation Brigitte Bardot, consacrée à la protection animale. Il n’existe pourtant aucune mention que la chasse aux blanchons est interdite depuis plus de 30 ans.

Mauvaise appellation 

Selon le gouvernement du Canada, les phoques, par exemple ceux du Groenland, peuvent être âgés d’à peine 25 jours lorsqu’ils sont chassés. Les défenseurs de cette activité nuancent toutefois ces propos en spécifiant qu’il ne s’agit pas pour autant de bébés phoques.

«Ça n’existe pas un bébé phoque. Un bébé, c’est un caractère propre à l’humaine. “Veau” et “chiot” sont les termes scientifiques et littéraires corrects pour nommer le phoque naissant», a expliqué le réalisateur québécois Raoul Jomphe au HuffPost France.

L’auteur d’un des seuls documentaires sur la chasse aux phoques et ses détracteurs précise qu’«à trois semaines, l’animal est devenu un adolescent en pleine possession de ses moyens. Il est devenu un prédateur qui n’est plus dépendant de sa mère».

Sur le site de Pêches et Océans Canada, il est indiqué que «la chasse des phoques gris et du Groenland est permise lorsque les phoques ont perdu leur premier pelage et sont autonomes».

L’Association des chasseurs de phoques intra-Québec, également jointe par le site web français, déplore que «les médias reprennent les mensonges des groupes anti-utilisation depuis un demi-siècle».

«Pour nous, l’étonnant serait qu’ils se mettent à vérifier leurs sources et cessent de jouer aux relationnistes pour des animalistes qui se prétendent environnementalistes alors qu’ils nuisent à la fois à la biodiversité et aux peuples qui en dépendent», a ajouté l’association.

En 2016, environ 66 000 phoques du Groenland et 1600 phoques gris ont été chassés au Canada, selon Pêches et Océans Canada.