/news/currentevents
Navigation

Un procès pour avoir importé 15 tonnes de haschisch

Alain Charron, Accusé
Photo d'archives, CHANTAL POIRIER Alain Charron, Accusé

Coup d'oeil sur cet article

Un proche du caïd Raynald Desjardins ne pourra éviter son procès face à de graves accusations de complot et d’importation de 15 tonnes de haschisch à Montréal.

Ainsi viennent d’en décider trois juges de la Cour d’appel au sujet d’Alain Charron, 69 ans, de Shawinigan (secteur de Grand-Mère).

Le sexagénaire, qui s’était fait connaître des policiers lorsqu’il a fait partie du fameux clan Dubois, dans les années 1970, avait été appréhendé en 2012 au terme d’un projet d’enquête mené par la Gendarmerie royale du Canada et baptisé Celcius.

En outre, les policiers fédéraux avaient intercepté trois conteneurs arrivés à Montréal en provenance du Pakistan et contenant plus de 15 tonnes de résine de cannabis, une drogue communément appelée haschisch.

Quatre accusés dans cette affaire se sont vite reconnus coupables dans ce dossier dont les détails demeurent cependant frappés d’un interdit de publication.

Ce n’est qu’en 2015 qu’Alain Charron a été cité à procès par la juge Marie-Josée Di Lallo, de la Cour du Québec, au terme d’une enquête préliminaire qui avait duré 10 jours.

Preuve suffisante

Il a alors contesté cette décision devant la Cour supérieure, en plaidant qu’il y avait à son avis « absence totale de preuves » pouvant laisser croire qu’il avait trempé dans ce complot. En vain.

Il a ensuite porté sa cause devant la Cour d’appel, mais le plus haut tribunal du Québec l’a débouté à son tour, vendredi dernier.

Les trois juges qui ont analysé le dossier estiment que la juge Di Lallo avait examiné « soigneusement et en détail » la preuve présentée. Ils en viennent à la conclusion que la juge de première instance n’a commis « aucune erreur révisable » en estimant qu’il y avait assez d’éléments de preuve au soutien des accusations portées.

En juillet dernier, le sexagénaire avait eu plus de chance quand la Cour du Québec l’a libéré des accusations qui pesaient sur lui dans une autre affaire d’importation de drogue, également à Montréal, parce que la preuve amassée contre lui était cette fois insuffisante.

Charron est considéré par les policiers comme un proche du caïd mafieux Raynald Desjardins, qui est toujours incarcéré pour avoir comploté le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna.

Charron comptait d’ailleurs parmi les 220 invités au mariage de la fille de Desjardins au club de golf Le Mirage, à Terrebonne, en octobre 2011.