/news/health
Navigation

Remplacement de la hanche ou du genou: grosses économies possibles pour prévenir des complications

Radiographie Prothèse totale de hanche
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

De substantielles économies monétaires sont possibles dans le traitement pour prévenir des complications à la suite d’un remplacement de la hanche ou du genou, selon une récente étude canadienne à laquelle a participé l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal.

Le recours au rivaroxaban (aussi commercialisé sous le nom Xarelto) permet d’empêcher la thrombophlébite (une inflammation d’une veine due à un caillot sanguin) après une opération. Toutefois, ce médicament efficace est cher et accroit les risques d’hémorragies de façon significative, a souligné le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) dans un communiqué obtenu par l’Agence QMI.

Le rivaroxaban peut cependant être remplacé en bonne partie par de l’aspirine, qui est très bon marché, selon cette recherche menée le Dr David Anderson de l’Université Dalhousie de Halifax, publiée dans le prestigieux «New England Journal of Medicine», jeudi dernier. Une combinaison de cinq jours de Xarelto avec neuf jours d’aspirine pour le remplacement du genou, et 30 jours d’aspirine pour l’opération à la hanche, a le même effet qu’un traitement plus onéreux uniquement au Xarelto, selon cette étude. Au total, 3424 patients y ont participé.

«Les conclusions découlant d’une étude à si large portée permettent d’espérer l’adoption de pratiques de soins post-opératoires mieux adaptées aux patients, avec des effets secondaires moins importants. Le tout caractérisé par un gain de coût énorme pour le système de santé», a précisé le CIUSSS-EMTL.

Les économies pourraient être significatives puisqu’en raison du vieillissement de la population, le remplacement de la hanche ou du genou s’avère de plus en plus fréquent. Le CIUSSS-EMTL a souligné qu’en 2014-2015, 51 272 arthroplasties de la hanche et 61 421 arthroplasties du genou ont été effectuées au Canada, soit des augmentations respectives de 20 % et 20,3 % par rapport à cinq ans auparavant. Cette tendance à la hausse devrait d'ailleurs se poursuivre dans les prochaines années.