/opinion/blogs/columnists
Navigation

La chienne à Jacques

Coup d'oeil sur cet article

D’où vient l’expression « habillé comme la chienne à Jacques » ? La version la plus répandue de l’origine de cette expression se rapporte à un certain Jacques Aubert, habitant du Bas-du-Fleuve, au 19e siècle, dont la chienne, malade, avait perdu tous ses poils. Pour la protéger du froid, Jacques Aubert la vêtait de vieux chandails. D’où l’expression « habillé (ou attifé*) comme la chienne à Jacques ». Selon le Trésor de la langue française du Québec, l’expression pourrait venir d’une déformation du mot ancien « jaque », manteau de protection dont on habillait les lévriers pour la chasse au sanglier (un chien, une chienne à jaque). L’animal aurait eu l’air grotesque dans cet habillement, d’où l’expression « habillé comme une chienne à jaque », et, par déformation, « comme la chienne à Jacques ». La première explication est évidemment plus proche de nous.

*On ne peut pas dire « être mal attifé » puisque le verbe attifer veut déjà dire « habillé d’une manière ridicule ».

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.