/world/usa
Navigation

Donald Trump: «Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner»

Donald Trump: «Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner»
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Le président américain Donald Trump s’est réjoui vendredi des préoccupations qu'ont suscitées parmi les partenaires commerciaux des États-Unis ses projets de taxes sur les importations d’acier et d’aluminium, assurant que «les guerres commerciales sont faciles à gagner».

«Quand un pays [les États-Unis] perd des milliards de dollars en commerçant avec virtuellement tous les pays avec lesquels il fait des affaires, les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner», a «tweeté» M. Trump à l’aube.

 

«Par exemple, quand on a un déficit de 100 milliards de dollars avec un pays et qu’il fait le malin, on arrête de faire des affaires et on gagne gros. C’est facile», a-t-il ajouté.

Deux heures plus tard, nouveau «tweet» sur le sujet: «Nous devons protéger notre pays et nos travailleurs. Notre industrie sidérurgique est en mauvais état.»

«Si on n’a pas d’acier, on n’a pas de pays!» a conclu le président, écrivant tout en majuscules.

M. Trump a évoqué jeudi l’instauration de taxes douanières de 25 % pour l’acier et de 10 % pour l’aluminium sur les importations aux États-Unis afin de protéger l’industrie sidérurgique nationale, sans toutefois spécifier quels pays seraient visés. Il doit détailler ce projet la semaine prochaine.

Les États-Unis importent 30 millions de tonnes d’acier par an, soit un tiers de leur consommation, pour une valeur de 24 milliards de dollars. Ils sont de ce fait le plus gros importateur au monde, selon des données du ministère allemand de l’Économie.

Quelque 4 % de cet acier sont importés d’Allemagne et 50 % viennent de quatre pays: le Canada, le Brésil, la Corée du Sud et le Mexique.

L’annonce de M. Trump a provoqué une réaction indignée des principaux partenaires commerciaux des États-Unis.

L’Union européenne a promis de réagir «fermement et proportionnellement pour défendre [ses] intérêts» et l’Allemagne a indiqué qu’elle «rejette de telles taxes douanières».

Le Canada, de son côté, a dénoncé une mesure «inacceptable». Moscou a dit «partager la préoccupation de nombreuses capitales européennes», tandis que la Chine a demandé aux États-Unis de «refréner leur recours à des mesures protectionnistes» et de «respecter les règles du commerce multilatéral».