/news/society
Navigation

«Je n’attendrai pas qu’un de mes membres se fasse tuer», dit Jean-François Dionne

«Je n’attendrai pas qu’un de mes membres se fasse tuer», dit Jean-François Dionne
Mathieu Dugas, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Seulement une semaine après qu’un travailleur du ministère des Transports du Québec (MTQ) a été happé mortellement par un chauffard sur un chantier de l’ouest de l’île de Montréal, un accident similaire est survenu tôt samedi matin, sur l’autoroute 20, à Drummondville.

Ce nouvel accident a vivement fait réagir le président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec, Jean-François Dionne, qui déplore le manque de sécurité aux abords des chantiers routiers.

«C’est dangereux [de travailler sur le réseau routier], ça nous prend du renfort ministériel», a clamé M. Dionne, en entrevue à TVA Nouvelles. Le président de l’Association exhorte le ministre des Transports, Luc Fortin, à finaliser le plus rapidement possible la révision du Code de la sécurité routière.

Il invite aussi le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à visiter des chantiers et à rencontrer des travailleurs routiers. Jean-François Dionne juge que les sanctions devraient être plus sévères.

«C’est assez»

«Je n’attendrai pas qu’un de mes membres se fasse tuer [...]. Il faut réagir, ça nous prend des gyrophares blancs et jaunes [...] et ça prend des lois qui protègent les travailleurs».

Selon Jean-François Dionne, l’accident survenu vendredi matin, à Drummondville, est le 28e impliquant un travailleur de la signalisation depuis 2011.

«C’est assez, ce sont des pères et des mères de famille qui mettent leur vie en danger», a-t-il ajouté.