/opinion/blogs
Navigation

François Lambert et son épicerie à 75 $

Dimanche dernier, François Lambert a lancé sur les réseaux sociaux qu’il comprenait mal qu’une famille de quatre personnes puisse avoir du mal à se nourrir avec 210 $ par semaine.
Photo courtoisie Dimanche dernier, François Lambert a lancé sur les réseaux sociaux qu’il comprenait mal qu’une famille de quatre personnes puisse avoir du mal à se nourrir avec 210 $ par semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche dernier, le célèbre entrepreneur millionnaire et dragon François Lambert a lancé sur les réseaux sociaux qu’il comprenait mal qu’une famille de quatre personnes puisse avoir du mal à se nourrir avec 210 $ par semaine. Il soutient le plus sérieusement du monde qu’il y arrive avec ses deux adolescents pour 75 $ OU MOINS! Vous avez bien lu. Il ajoute même que ce budget leur permet d’acheter également des croustilles et des biscuits!

Étant restaurateur, je n’ai pu m’empêcher d’être scandalisé par une affirmation aussi inexacte. Et voici pourquoi:

Reprenons du début. François Lambert et ses deux ados, à raison de trois repas par jour, mangent 63 repas par semaine. Donc, avec 75 $ d’épicerie, leur budget par repas est de 1,19 $. Maintenant, est-il possible de se nourrir convenablement de protéines, de fruits, de légumes et de produits céréaliers pour 1,19 $ par repas? La réponse est non. J’ai demandé à mes deux chefs diplômés, qui servent entre 22 000 et 26 000 menus du jour par année, de tenter d’y parvenir en écumant nos listes d’achats avec prix au gros volume. À titre indicatif, 75 grammes de poulet (moins de la moitié d’une poitrine standard de 255 grammes) nous coûtent autour de 1 $. Et nous achetons plusieurs caisses de 12 poulets entiers par semaine! Je doute fortement que François Lambert obtienne un meilleur prix que nous avec son volume d’achat de 75 $ par semaine...

À notre avis, au-dessous de 1,70 $ par repas, c’est à la limite de la sous-alimentation. À 1,70 $ par repas, l’épicerie de François Lambert lui coûterait plutôt 107 $ par semaine. Une épicerie sans le moindre breuvage ou aliment non essentiel. Le strict minimum pour atteindre l’apport calorique journalier recommandé par les nutritionnistes.

Ce qui m’agace vraiment, au fond, ce ne sont pas les erreurs de calcul de François Lambert. C’est plutôt de voir un entrepreneur millionnaire donner des leçons d’économie familiale à des mères qui travaillent fort, les faire «feeler cheap» de dépenser autant pour l’épicerie alors que lui, riche entrepreneur à succès, fait preuve de sobriété et de ménagement. Il y a une énorme condescendance implicite dans ce genre de déclaration et ceci ne fait rien de bon pour réconcilier la classe moyenne avec ses élites financières.

Alors, comme il y a des limites à rire du monde, je dis: fake news!