/news/health
Navigation

Médecins spécialistes: détails sur l'entente avec le gouvernement

Médecins spécialistes: détails sur l'entente avec le gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - On en parle depuis le 9 février dernier, mais, jusqu'ici, l'entente entre le gouvernement Couillard et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) n'a pas été rendue publique.

À quelques heures d'une conférence de presse très attendue de la présidente de ce syndicat, Dre Diane Francoeur, et de Me Lucien Bouchard destinée à commenter cette entente, TVA Nouvelles a pris connaissance du document.  

Dans ce dernier, on constate qu’il s'agit d'une entente de huit ans avec des paiements sur 12 ans. Les montants pourraient augmenter à nouveau à partir de 2023, puisqu'une nouvelle négociation est à prévoir.

On y apprend également que les chiffres de l'entente diffèrent légèrement de la présentation faite par le président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand, le 16 février dernier. Cela dit, la croissance de l'enveloppe budgétaire pour la rémunération des médecins spécialistes augmentera (en moyenne) de 2,8 % par année jusqu'en 2023. 

Aussi, 30 millions $ par année serviront à payer les échographies dans les laboratoires privés du Québec. 

15 millions $ par année serviront à faire fonctionner, 16 heures par jour, les équipements de résonance magnétique (IRM) et les SCAN. L'entente permettra aux hôpitaux de recourir au privé pour atteindre cet objectif. 

Pour le moment, l'anesthésiologie est la seule spécialité visée par un «plan de remplacement provincial». Ce qui veut dire que les anesthésiologistes doivent s'organiser entre eux afin d’assurer la présence de médecins tous les quarts de travail pour cette spécialité. Le ministre Gaétan Barrette a répété à de nombreuses reprises que cette entente venait régler les pénuries temporaires dans des hôpitaux, comme La Pocatière ou Ville-Marie. 

Un plan similaire suivra pour les chirurgiens, avant le 1er septembre 2018, et pour les autres spécialités de base, au plus tard le 15 février 2019.

Les pénalités entrent en vigueur le 1er juillet 2018 pour les anesthésiologistes qui n'iraient pas dépanner comme prévu. La pénalité sera de 3000 $ pour chaque journée de non-respect. Les collègues seraient aussi pénalisés puisqu'une amende de 100 000 $ à 200 000 $ serait prélevée chez les membres de l'Association des anesthésiologistes du Québec.

Les anesthésiologistes auront droit à des primes oscillant entre 1000 $ et 1400 $ par jour, lorsqu'ils font du dépannage à l'extérieur de leur hôpital habituel.

Enfin, même si le paiement clinique brut moyen chez les médecins spécialistes est 9 % plus élevé au Québec comparativement à l'Ontario, l'Institut canadien d'Information sur la santé sera mandaté pour calculer plusieurs éléments, dont le salaire moyen pour les spécialistes de chacune des provinces, et les écarts de tarifs entre le Québec et l'Ontario.