/news/currentevents
Navigation

Les grands consommateurs de cannabis prennent plus de risques au volant

Étude marijuana UdeM
Photo Dominique Scali Le professeur Jacques Bergeron (à gauche), qui étudie la conduite automobile des gens depuis plus de 15 ans, est devant le simulateur de son laboratoire. Benjamin Lechasseur, étudiant au baccalauréat en psychologie, s’est prêté au jeu de la simulation. 

Coup d'oeil sur cet article

Les grands consommateurs de cannabis ont tendance à prendre plus de risques au volant que les fumeurs occasionnels, selon des chercheurs montréalais qui lancent un signal d’alarme à quelques mois de la légalisation.

Doubler un véhicule dans une zone de dépassement interdit ou accélérer pour passer sur un feu jaune. C’est ce genre de comportements qu’ont étudié des chercheurs en psychologie à l’Université de Montréal.

Plus les jeunes conducteurs consomment régulièrement du pot, plus ils avouent avoir tendance à prendre des risques derrière le volant, explique la doctorante Noémie Cordelier.

<b>Noémie Cordelier</b></br>
<i>Doctorante en psychologie</i>
Photo courtoisie
Noémie Cordelier
Doctorante en psychologie

On peut donc s’attendre à une hausse des accidents de la route avec la légalisation de la marijuana qui devrait entrer en vigueur l’été prochain, s’inquiète son superviseur Jacques Bergeron.

Plusieurs études avaient déjà montré les dangers de la conduite sous l’influence de cette drogue par le passé.

Le Journal publiait d’ailleurs en décembre que la proportion de collisions mortelles impliquant des conducteurs ayant consommé du cannabis avait plus que doublé dans l’État de Washington en 2014, année où cette substance avait été légalisée.

Même à jeun

Les chercheurs montréalais ont demandé à 209 jeunes de 17 à 25 ans de remplir un questionnaire détaillé. Certains d’entre eux se sont aussi soumis à une simulation en laboratoire qui enregistrait leur vitesse, leur accélération, leurs coups de volant et d’autres aspects de leur conduite.

Le fait d’être à jeun pendant 12 heures avant de se soumettre à l’expérience était au nombre des consignes, précise M. Bergeron.

Les résultats préliminaires de l’étude suggèrent que la personnalité et l’impulsivité sont liées aux risques que les jeunes prennent au volant, même quand ils sont à jeun.

L’équipe de chercheurs ignore toutefois si c’est le fait de consommer souvent du pot qui rend plus téméraire ou si c’est le fait d’avoir une personnalité téméraire qui pousse à consommer.

Cocktail dangereux

Dans tous les cas, la consommation et la prise de risques créent un « cocktail dangereux », résume Mme Cordelier.

Ceux qui sont dépendants du cannabis devraient donc être les premiers ciblés par les campagnes de sensibilisation, estime-t-elle.

« On est en retard dans la prévention. [...] Pour l’aspect conduite automobile, on n’est pas prêts », assure M. Bergeron.