/sports/hockey/canadien
Navigation

Étourdi par les Maple Leafs

Le Canadien s’incline 4 à 0 à Toronto

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le Canadien devra se faire à l’idée. L’époque où il se donnait un malin plaisir de vaincre les Maple Leafs sur leur propre patinoire est révolue.

Dans cet autre classique du samedi soir entre les deux ennemis jurés canadiens, les Torontois ont mis un terme à une séquence de sept revers à domicile face au Tricolore en l’emportant au compte de 4 à 0.

Soit dit en passant, c’est la 11e fois cette saison que le Canadien subit l’affront d’un blanchissage. La 11e fois !

Des buts en supériorité numérique de William Nylander et de Nazem Kadri, de même qu’une soirée de 32 arrêts de la part de Curtis McElhinney ont mené à ce gain.

Toutefois, la troupe de Claude Julien peut se consoler. Elle n’est pas la seule à avoir frappé un mur au Centre Air Canada. Cette victoire face au Tricolore était la 12e de suite des Maple Leafs devant leurs partisans. Leur dernier revers à la maison remonte au 22 janvier, face à l’Avalanche du Colorado.

Pris de vitesse

Miser sur des patineurs rapides et sur des défenseurs capables d’effectuer des relances éclair et précises sont deux qualités importantes dans la LNH d’aujourd’hui. Les Maple Leafs l’ont compris.

D’ailleurs, ils en ont donné un bel exemple à leurs rivaux sur la séquence menant au but de Kasperi Kapanen. Le relais de Travis Dermott a permis à l’attaquant finlandais de battre Noah Juulsen de vitesse avant de déjouer Charlie Lindgren.

« On sait qu’ils ont beaucoup de vitesse. On s’en était parlé avant la rencontre. On devait être prêt et on devait imposer notre rythme et notre vitesse. Nous ne l’avons pas fait pour la majeure partie de la rencontre », a expliqué Jeff Petry.

On espère que Marc Bergevin, Trevor Timmins et compagnie ont pris des notes.

Lindgren en forme, mais exténué

C’est cette même rapidité d’exécution qui a permis aux Leafs d’embouteiller le Canadien dans son territoire à plusieurs occasions. À un certain moment du deuxième engagement, Juulsen et Karl Alzner ont même dû demeurer sur la surface pendant 2 min 38 secondes.

Un deuxième engagement au cours duquel les locaux ont dirigé 26 tirs sur Lindgren. Le pauvre ne savait plus où donner de la tête.

« Ils ont lancé de partout. Particulièrement au cours de cette deuxième période. Ils ont foncé sur nous avec ardeur. Il y a eu plusieurs menaces autour du filet. J’ai donné le deuxième effort pour faire les arrêts supplémentaires et tenter de contrôler les retours », a commenté Lindgren.

« Après avoir reçu tous ces lancers, je suis exténué, a-t-il ajouté, lui qui a fait face à 49 tirs. Je pense que je n’en ai jamais reçu autant depuis les rangs universitaires. En fait, peut-être une ou deux fois dans la Ligue américaine. »

Une chance qu’il était en grande forme. Il a offert quelques arrêts spectaculaires, dont un avec la mitaine aux dépens de Tyler Bozak. Mais contenir une attaque diversifiée comme celle des Leafs, c’est beaucoup demander à un seul homme.

Comme la vie est parfois drôlement faite, malgré le revers, cette performance de 45 arrêts sera un baume pour sa confiance affectée des derniers matchs.

« Je n’étais pas très heureux de ma performance à Columbus. Je voulais rebondir ce soir et offrir un bon effort pour les gars. Je donne tout ce que j’ai tous les soirs. C’est la seule chose que je peux garantir. »

Plekanec devant le filet !

Évidemment, cette rencontre revêtait un cachet particulier pour Tomas Plekanec qui affrontait ses coéquipiers pour la première fois depuis la transaction qui l’a fait passer aux Leafs, le 25 février.

En matinée, le Tchèque avait indiqué qu’il devait travailler certains détails depuis son arrivée à Toronto.

Une présence plus affirmée devant le filet devait faire partie de ceux-là. Avec le Canadien, on ne l’a jamais autant vu tenter de déranger la vue du gardien. Sauf que Plekanec a coûté un but à Kapanen en raison d’une obstruction sur Lindgren.

« J’ai fait le jeu qu’il fallait faire en me stationnant près du gardien. Je ne peux pas dire que j’étais confiant quand on a demandé la révision du jeu, a raconté Plekanec, après la rencontre. Dans ces cas-là, on ne sait jamais quelle sera la décision rendue par les officiels. Mais on a gagné le match et c’est ce qui compte. »

Un travail qui demeure donc à peaufiner.

Andreas Johnsson a complété le pointage en inscrivant son premier but dans la LNH.

+
Charlie Lindgren
Il a connu quelques mauvais matchs dernièrement, mais hier, il n’a rien eu à se reprocher. Sans quelques bijoux d’arrêts, l’écart aurait été bien plus grand.
-
Charles Hudon
Il ne s’est pas montré aussi hargneux qu’à l’habitude. Il faut dire qu’il s’est fait brasser le pommier à quelques occasions ces derniers temps.
0
4
Première période
1-TOR: William Nylander (15) (Gardiner) AN-16:01
Punitions: Punition: Galchenyuk (Mon) 14:32.
Deuxième période
2-TOR: Kasperi Kapanen (6) (Dermott, McElhinney) 3:00 3-TOR: Nazem Kadri (28) (Marner, Rielly) AN-19:31
Punitions: Alzner (Mon) 8:13; McCarron (Mon) 18:36.
Troisième période
4-TOR: Andreas Johnsson (1) (Hyman, Carrick) 15:27
Punitions: Deslauriers (Mon) 7:22; Bozak (Tor) 7:37.
Tirs au but
MONTRÉAL 11 - 9 - 13 - 33 TORONTO 13 - 26 - 10 - 49
Gardiens:
MON: Charlie Lindgren (G, 4-8-2). TOR: Curtis McElhinney (P, 10-4-1).
Avantages numériques:
MON: 0 en 1; TOR: 2 en 4.
Arbitres:
Jean Hébert, Justin St-Pierre.
Juges de lignes:
Scott Cherrey, Steve Miller.
ASSISTANCE:
19 364.
Kasperi Kapanen
Curtis McElhinney
★★
Andreas Johnsson
★★★