/entertainment/tv
Navigation

Adaptation réussie pour Like-moi en France

À quelques détails près, le « remake » de France 4 est fidèle à l’original québécois

L’adaptation française de Like-moi revisite Je choisis Jonathan, cette parodie des téléréalités amoureuses.
Photo courtoisie L’adaptation française de Like-moi revisite Je choisis Jonathan, cette parodie des téléréalités amoureuses.

Coup d'oeil sur cet article

L’adaptation française de Like-moi, qui a pris son envol ce week-end sur France 4, ressemble beaucoup au modèle québécois. La critique conquise, reste le public à rallier.

À quelques détails près, la chaîne publique propose un remake très fidèle du format créé par Marc Brunet (Le cœur a ses raisons) et diffusé à Télé-Québec.

Présenté dimanche, le premier épisode regorgeait de moments forts, y compris cette relecture du sketch de Pète et Répète. On imaginait mal comment une actrice allait parvenir à accoter la frénésie désopilante de Karine Gonthier-Hyndman dans l’original, mais c’était sans compter sur Noémie Chicheportiche, l’une des belles découvertes du Like-moi suisso-belgico-français.

Dans Je choisis Jonathan, Rebecca-Sophie devient Lili-Charline, mais heureusement, elle conserve sa « belle énergie ». Le combat de selfies de couples et Profil féminin sont tout aussi réussis. Seule déception : Gaby Gravel, rebaptisée Sandy Sanchez, qui n’arrive pas à nous faire oublier la proposition marquante de Florence Longpré.

Quelques sketches n’ont tout simplement pas été adaptés, comme celui du douchebag, un terme qui n’a pas d’équivalent en France. Quant au classique « Oh my god », les comédiens s’exclament désormais : « J’hallucine ! »

La critique française salue les sketches qui s’attaquent à notre dépendance aux technologies.
Photo courtoisie, Nicolas Velter
La critique française salue les sketches qui s’attaquent à notre dépendance aux technologies.

Critique favorable

L’adaptation française de Like-moi a reçu un accueil largement favorable des critiques. « On rit très souvent aux éclats devant ces saynètes bien senties qui s’attaquent aux relations amoureuses, aux nouvelles technologies ou aux convictions des jeunes générations », indique Le Parisien.

Télé Star parle d’une émission qu’on « déguste le sourire aux lèvres » et Télé-Loisirs salue son humour « grinçant ». Bémol du côté du Monde, qui reproche aux caricatures de « forcer parfois trop le trait ».

La version française de Profil féminin, ce magazine télé des années 1960, est franchement hilarante.
Photo courtoisie
La version française de Profil féminin, ce magazine télé des années 1960, est franchement hilarante.

 

Potentiel viral

Adapté et coréalisé avec Nadja Anane et François Uzan, ce Like-moi français est également offert en format court chaque jour à 20 h 50 sur France 4.

Selon la productrice Florence Levard, le potentiel viral des sketches sera déterminant pour l’avenir de l’émission dans l’Hexagone. « Je suis confiante, parce que c’est une série comme aucune autre, confie-t-elle au Journal. C’est une série extrêmement bien écrite qui parle de notre époque sans être politiquement correcte ».

Jeune distribution

Côté distribution, les producteurs du Like-moi français ont – comme au Québec – ont recruté de jeunes talents plus ou moins connus grand public. « On n’a pas signé les huit humoristes les plus connus de Paris, précise Florence Levard. On a varié les sources. On a pris des comédiens de théâtre, des stars de YouTube et des spécialistes du stand-up ».

« Marc Brunet nous a aidés durant cette étape, poursuit-elle. Il nous a dit : ‘‘Oubliez tout ce qui est apparence. L’important, ce n’est pas de choisir une grande blonde et une brune piquante ; c’est de choisir les meilleurs comédiens.’’ Il avait raison, parce qu’il faut être polyvalent pour jouer dans Like-moi. Il faut être capable de passer d’une porn star à une ménagère des années 1960 ! »

► Une adaptation allemande de Like-moi est déjà en ondes.