/world/pacificasia
Navigation

Plats pour tout-petits: la justice australienne accuse Heinz de tromperie

US-FOOD-GIANTS-KRAFT-AND-HEINZ-TO-MERGE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

SYDNEY, Australie | La justice australienne a estimé lundi que le géant alimentaire américain Heinz avait trompé le consommateur sur les bénéfices pour la santé de certains produits pour tout-petits.

En 2016, la Commission australienne de la concurrence et la consommation (ACCC) avait saisi la Cour fédérale au sujet de plats préparés destinés aux 1-3 ans, commercialisés sous le nom de «Little Kids Shredz».

Le régulateur jugeait trompeuses les indications de Heinz sur les qualités nutritives de ses produits, en expliquant qu'ils contenaient plus de 60 % de sucre soit nettement plus que les fruits et les légumes. 

La Cour s'est rangée à cet avis. 

«Heinz faisait valoir que (ses plats) étaient bénéfiques (...) alors que, du fait de leur forte teneur en sucre et de leur texture collante, les produits n'étaient pas bénéfiques pour la santé des 1-3 ans», a dit la cour dans ses attendus. 

Le groupe «a eu un comportement trompeur et mensonger, ou susceptible de tromper, en contravention» avec la législation australienne sur la protection du consommateur. 

La cour «est certaine que chaque nutritionniste de Heinz aurait dû savoir que présenter un produit contenant environ deux tiers de sucre comme bénéfique pour la santé des 1-3 ans était trompeur». 

Heinz, qui a fusionné en 2015 avec le groupe Kraft Foods, avait démenti les accusations de l'ACCC. 

Dans un communiqué publié lundi par Fairfax Media, il s'est dit «déçu du résultat» mais a ajouté qu'il le respecterait.

Les produits Shredz ne sont plus disponibles dans les rayons australiens. 

La Cour fédérale doit encore fixer une date d'audience pour débattre des peines d'amende réclamées par l'ACCC.

Alertant sur la présence de sucres «cachés» dans de nombreux produits industriels, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé en 2015 de réduire l'apport en sucres à moins de 10 %, voire 5 % de la ration énergétique journalière, pour lutter contre l'obésité.