/news/politics
Navigation

Une réforme qui ne plaît à personne

Le gouvernement Trudeau souhaite un meilleur contrôle au pays avec son projet de loi

Yves Charron, le copropriétaire du Club de tir de l’Outaouais, montre le registre de ventes qu’il tient déjà. Il croit que les mesures annoncées par le gouvernement sont un fardeau inutile qui ne fera qu’embêter les détenteurs d’armes légales.
Photo Boris Proulx Yves Charron, le copropriétaire du Club de tir de l’Outaouais, montre le registre de ventes qu’il tient déjà. Il croit que les mesures annoncées par le gouvernement sont un fardeau inutile qui ne fera qu’embêter les détenteurs d’armes légales.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Trop timide pour les uns et inutile pour les autres. La très attendue réforme du gouvernement Trudeau pour contrôler les armes à feu au pays soulève la colère autant des groupes anti-armes que des amateurs de fusils et des armuriers.

« Nous sommes extrêmement déçus, tranche sans ambages la porte-parole du regroupement PolySeSouvient, Heidi Rathjen. Les libéraux ont vraiment fait le minimum et de manière très habile pour faire semblant qu’ils agissent vraiment. »

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a présenté mardi un projet de loi assurant un encadrement plus strict des armes à feu, afin, dit-il, de lutter contre la montée fulgurante des crimes commis avec des fusils. Voyant venir les coups, M. Goodale a soutenu que sa réforme est « sensée » et « équilibrée ».

« Il y aura ceux qui diront que ce n’est pas assez. Il y en aura d’autres qui diront exactement le contraire, que ça va trop loin », s’est-il défendu.

Registre à jour

La réforme proposée impose de nouvelles responsabilités aux armuriers, qui auront l’obligation de tenir à jour un registre de leur inventaire, des transactions et de l’identité des acheteurs.

Les données de ce registre seront accessibles à la police à condition qu’elle obtienne un mandat.

Les vendeurs privés qui transigent sur le site web Kijiji, par exemple, ne sont pas touchés par cette mesure.

« Le gouvernement devrait s’attaquer à la vraie criminalité et laisser le bon monde en paix », s’insurge Rudy Venditelli, de la boutique d’armes montréalaise Dante Sports.

Mais pour Mme Rathjen, le gouvernement Trudeau rate complètement la cible en imposant l’obtention d’un mandat. « Ils mettent des bâtons dans les roues des policiers et ce n’est pas nécessaire », croit-elle.

Les acheteurs devront de leur côté présenter obligatoirement leur permis lors de l’achat et leurs antécédents à vie seront scrutés à la loupe.

L’AR-15 toujours légal

Le copropriétaire du Club de tir de l’Outaouais Yves Charron croit que ces mesures s’ajouteront inutilement au fardeau administratif des détenteurs d’armes légales.

« Un registre pour les commerçants, on l’a déjà. Le gouvernement devrait se concentrer à lutter contre les armes du marché noir », croit M. Charron, qui enseigne les techniques de manutention d’armes pour les professionnels de la sécurité et pour les tireurs sportifs.

Au Québec, les nouvelles mesures fédérales s’ajoutent au registre provincial récemment mis en œuvre par le gouvernement Couillard.

Les groupes qui militent en faveur d’un contrôle plus strict déplorent aussi que des armes utilisées dans des massacres hautement médiatisés aux États-Unis resteront légales au Canada, comme le AR-15, utilisé dans la tuerie d’une école floridienne, le mois dernier.

Le dépôt du projet de loi libéral réveille un vieux débat sur le contrôle des armes à feu, opposant les milieux ruraux et urbains. Au sein même du caucus libéral, certains craignent que le projet de loi compromette leur chance de réélection.

– Avec la collaboration de Boris Proulx

 

 

Le projet de loi

Changements pour les vendeurs

Les armuriers seront dorénavant obligés de vérifier la validité du permis d’armes d’un acheteur potentiel auprès du fédéral, qui évaluera du même coup les antécédents du détenteur. À l’heure actuelle, cette identification est faite sur une base volontaire.

Les vendeurs privés, sur Kijiji par exemple, devront eux aussi se plier à cette obligation. Ottawa ne compte toutefois pas vérifier les antécédents de l’acheteur dans ces cas-là.

De nouvelles armes interdites

Richard Henry Bain
Photo courtoisie
Richard Henry Bain

Le fusil utilisé par Henry Bain dans l’attentat du Métropolis contre Pauline Marois en 2012 sera dorénavant interdit. En effet, les armes de type CZ-858, ainsi que ceux de la famille Swiss Arms, seront maintenant prohibées.

Le projet de loi libéral retire aussi aux politiciens le pouvoir de réduire le niveau de restriction d’une arme à feu. Les forces policières assumeront cette responsabilité, qui leur avait été retirée par l’ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Changements pour les utilisateurs

Les Canadiens voulant obtenir ou renouveler (obligatoire à tous les cinq ans) un permis de port d’arme devront se soumettre à une vérification de leurs antécédents judiciaires à vie. Actuellement, seules les cinq dernières années sont examinées. Tout historique de violence ou de menace rendra impossible l’obtention d’un permis.

Ceux qui veulent transporter une arme à autorisation restreinte ou prohibée ailleurs qu’au magasin ou au champ de tir devront à l’avenir demander un permis de transport spécial.

Un fusil controversé qui sera toujours légal

Yves Charron, le copropriétaire du Club de tir de l’Outaouais, montre le registre de ventes qu’il tient déjà. Il croit que les mesures annoncées par le gouvernement sont un fardeau inutile qui ne fera qu’embêter les détenteurs d’armes légales.
Photo AFP

Les libéraux ont choisi de ne pas bannir le très populaire AR-15, malgré la pression des groupes anti-armes. Ce fusil semi-automatique a été mis en cause dans plusieurs massacres récemment aux États-Unis, dont ceux de Parkland (17 morts) et de Las Vegas (58 morts).

 

De plus en plus d’homicides impliquant des armes à feu au pays

  • 2011: 159
  • 2012: 171
  • 2013: 134
  • 2014: 155
  • 2015: 179
  • 2016: 233

Nombre de crimes impliquant des armes à feu en 2016 au Canada: 2465


Source : Statistique Canada