/opinion/columnists
Navigation

Sexe, morale et hypocrisie

Sexe, morale et hypocrisie
Capture d’écran sunday mirror

Coup d'oeil sur cet article

Telford est une ville de 150 000 habitants, à environ 150 milles au nord-ouest de Londres.

Après 18 mois d’enquête, le Sunday Mirror, un tabloïd populaire, vient de dévoiler les incroyables abus sexuels subis par plus de 1000 jeunes filles de l’endroit pendant plus de 40 ans.

Ces crimes étaient perpétrés par des gangs d’hommes d’origines pakistanaise, indienne et bangladaise.

Ces voyous les rendaient accros au crack, les violaient à répétition et se les échangeaient. Au moins trois d’entre elles ont été assassinées.

Des policiers et des travailleurs sociaux étaient au courant depuis les années 1990.

Silence

Depuis que le scandale a éclaté, la journaliste et universitaire anglaise Joanna Williams s’indigne de deux choses.

Elle note d’abord le désintérêt des deux quotidiens les plus prestigieux de Grande-Bretagne, le Times et le Guardian, véritables piliers de l’establishment.

Ces derniers, pourtant, s’intéressent beaucoup au fait de savoir si tel député mâle a touché ou non le genou de sa collègue.

Elle s’indigne ensuite du silence assourdissant des stars britanniques les plus en vue du mouvement #MeToo, né il y a quelques mois, comme Emma Watson, qui interprétait Hermione Granger dans la série Harry Potter.

Joanna Williams pose alors quelques impertinentes questions :

« Pourquoi n’a-t-on pas vu d’effusions de compassion ou de déclarations scandalisées pour les filles de Telford ? Pourquoi les actrices ne se font-elles pas photographier dans leurs robes de luxe à Telford ? Pourquoi n’y a-t-il pas beaucoup de journalistes pour interrompre leurs longs déjeuners afin de donner une voix aux filles de Telford ? »

Elle répond en deux temps.

Se pourrait-il que ces pauvres filles des milieux défavorisés appartiennent à la « mauvaise » catégorie de victimes ?

Mme Williams écrit : « #MeToo préfère les victimes de la haute société. (...). Chaque robe portée par les stars glamour qui ont orné les pages du Times Magazine et ont été célébrées comme “briseuses de silence” coûte plus que le salaire annuel moyen d’un habitant de Telford. »

Révoltant

Les hommes qui ont perpétré les crimes de Telford proviennent de communautés ethniques issues de l’immigration.

Se pourrait-il, demande encore Mme Williams, qu’ils appartiennent, eux, à la « mauvaise » catégorie d’hommes violents ?

Elle écrit : « #MeToo préfère que les accusés soient des hommes blancs et puissants, comme Harvey Weinstein ou les membres du cabinet ministériel conservateur. Les violences commises par des hommes musulmans bousculent la hiérarchie soigneusement mise en place par le féminisme intersectionnel et contredisent le discours habituel sur le patriarcat. Les tribuns et militantes s’inquiètent davantage du risque de racisme ou d’islamophobie que des violences sexuelles qui ont eu lieu. »

C’est fou comme la vertu et l’indignation peuvent être sélectives, non ?

En fait, ce n’est pas fou, dit-elle. C’est révoltant d’hypocrisie.