/news/politics
Navigation

Données privées égarées par le fédéral: Lebouthillier blâme des erreurs postales

La ministre du Revenu, Diane Lebouthillier
Photo d'archives TOMA ICZKOVITS La ministre du Revenu, Diane Lebouthillier

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Confrontée aux Communes sur le fait que le gouvernement fédéral a compromis les données privées de centaines de milliers de Canadiens, la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, a mis la faute sur des erreurs postales.

Selon des documents consultés par le «Journal de Montréal», le fédéral peine à protéger les renseignements personnels de citoyens. Au total, environ 250 000 Canadiens ont été victimes de ces failles depuis janvier 2017.

L’Agence du revenu du Canada (ARC), par exemple, a perdu la trace d’informations confidentielles de plus de 21 000 contribuables. Postes Canada a de son côté égaré plus de 400 passeports.

«Il s'agit d'informations privées, extrêmement sensibles et importantes. Qu'est-ce que le gouvernement va faire pour corriger ces inepties?» a questionné en Chambre le député conservateur Gérard Deltell.

«La grande majorité des brèches déclarées sont liées à du courrier mal acheminé», a assuré la ministre Diane Lebouthillier.

La réponse a piqué M. Deltell au vif: «Encore le même refrain, ce n'est pas de ma faute, c'est la faute à Postes Canada!»

«Alors qu'hier le gouvernement passait la journée à s'enfarger dans ses lacets pour savoir si on pouvait dire "monsieur", "madame", ou Dieu sait quoi, les Canadiens étaient pris avec de vrais problèmes», a déploré l’élu de Louis-Saint-Laurent.

Conservateurs et néo-démocrates ont réclamé que le gouvernement mette en place des mesures immédiates pour remédier à la situation.

«On sait que les données personnelles des citoyens sont de plus en plus à risque, à la suite des scandales liés à Facebook, à Equifax et j'en passe. On demande au gouvernement fédéral d'enfin agir», a souligné le porte-parole néodémocrate en matière de Sécurité publique, Matthew Dubé.

La ministre Lebouthillier a indiqué que l’ARC menait des «enquêtes approfondies» sur toutes les infractions à la sécurité ou sur tout manquement à son obligation de confidentialité.

Sur 3400 brèches dans la protection des données rapportées à l’ARC en 2017, 24 étaient assez graves pour que le gouvernement demande au Commissaire de la vie privée d’enquêter.

Dans une déclaration transmise mercredi soir, l’ARC a fait savoir qu’environ 1500 de ces incidents représentaient des atteintes à la vie privée. De ce nombre, un peu plus de 1200 étaient le fait de correspondance mal acheminée.

«En 2017, l’ARC a distribué plus de 110 millions d’articles de courrier directs. Au cours de cette période, on a signalé environ 1241 incidents de courrier mal acheminé, ce qui représente 0,003 % de notre correspondance», a précisé le porte-parole de l’Agence, Étienne Biram.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.