/news/politics
Navigation

Nomination de Dominique Savoie: foire d’empoigne entre Éric Caire et Pierre Moreau

Coup d'oeil sur cet article

Les questions incisives du député Éric Caire concernant la nomination de la controversée haute fonctionnaire Dominique Savoie au CA d’Hydro-Québec ont amené le ministre Pierre Moreau à accuser la CAQ de misogynie.

«Il y a quelques indices qui tendent à incliner vers la misogynie», a déclaré M. Moreau, lors d’une mêlée de presse à la sortie du Salon bleu au cours de laquelle il a critiqué le comportement et les propos tenus en chambre par le député caquiste de La Peltrie.

Lors de la période des questions, M. Caire a traité Mme Savoie de «mauvaise administratrice», en s’appuyant sur les rapports de la Vérificatrice générale et de l’Assemblée nationale produits dans la foulée des dénonciations faites en 2016 par l’analyste Annie Trudel, qui avait été engagée par Robert Poëti.

C’est d’ailleurs ce dernier que M. Caire a d’abord interpellé. «Est-ce que le ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics (M. Poëti) [...] peut se lever et dire aux Québécois : cette nomination est une bonne nomination», a demandé M. Caire.

Photo Simon Clark

Moreau à la défense de sa sous-ministre

«Ce qui est indécent, c’est de voir le député de La Peltrie se lever à chaque fois pour discréditer la fonction publique québécoise», a répliqué le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, en prenant la défense de sa nouvelle sous-ministre.

«Mme Savoie est une personne intègre qui a été lavée de toutes les accusations qui ont été portées contre elles», a dit M. Moreau, en associant une fois de plus la CAQ à l’ère de Duplessis.

«Le dauphin est égal à lui-même, et on sait tous que son niveau d'éthique et d'intégrité le qualifie parfaitement pour être chef du Parti libéral, il va être «fit» pour la job», a déclaré à son tour M. Caire.

Hué par les libéraux, M. Caire aurait alors échappé un blasphème. «Il a sacré après la présidence», a aussitôt dénoncé la député libérale Isabelle Melançon, dans le brouhaha qui s’animait des deux côtés de la chambre.

Le principal intéressé a assuré qu’il ne visait pas la présidence, qui était à ce moment-là assurée par la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Maryse Gaudreault.

«C'est à l'image exacte de ce que la CAQ a envers les femmes, envers les minorités, envers la fonction publique», a pesté M. Moreau.

Photo Simon Clark

«Ridicule» déplore Nathalie Roy

«À une question totalement légitime, on nous traite de misogynes», a réagi, en point de presse, la députée caquiste Nathalie Roy, en condamnant les accusations du ministre Moreau.

«Est-ce que ça signifie que lorsque nous voudrons questionner une femme ou une ministre on va se faire accuser de misogynie», a-t-elle soulevé.

«Selon les libéraux, hier (mercredi), à la CAQ, nous étions contre les étrangers, contre les immigrants, aujourd'hui, on est contre les femmes, a dit Mme Roy. Et demain, ce sera quoi? On va être contre les personnes âgées. C'est totalement ridicule.»