/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Trudeau a fait de moi un conservateur

Trudeau a fait de moi un conservateur
TOMA ICZKOVITS / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Attention, chers lecteurs, je ne parle pas du Parti conservateur, mais bien des valeurs conservatrices.

Quand j’étais dans la vingtaine, je me plaisais à me définir comme un progressiste-conservateur (après tout, je suis un p’tit gars de Baie-Comeau comme Brian). J’étais, pour le milieu des années 90, assez ouvert. L’avortement ? Pas de problème, je suis pro-choix. Le mariage entre conjoints de même sexe ? Absolument. Si deux personnes sont en amour, qui suis-je pour leur interdire de vivre leur relation au grand jour ? Mais depuis l’élection de Justin Trudeau, mon côté progressiste en a pris pour son rhume.

La rectitude abusive de Trudeau

À trop vouloir plaire aux groupes minoritaires et parfois quasiment marginaux, le gouvernement Trudeau oublie qu’une très vaste partie de la population n’est pas totalement à l’aise avec les changements proposés. À titre d’exemple :

  1. La permission d’avoir des petites lames dans les avions, pour faire plaisir à la communauté sikhe du Canada (450 000 personnes)
  2. Les nombreux apparats et costumes portés lors d’événements et de fêtes culturels et même en Inde
  3. L’annonce récente d’une consultation d'expert sur le racisme systémique. Visiblement, monsieur Trudeau n’aura rien retenu des mésaventures de Philippe Couillard.
  4. La nouvelle directive pour introduire le langage neutre à Services Canada

Dehors monsieur/madame et papa/maman

Justement, parlons-en de la directive pour introduire le langage neutre dans la fonction publique. Ils veulent faire ça pour qui au juste ? Combien de personnes au Canada se sentent réellement affectées par ces formules de politesse ?

Tout d’abord pour monsieur et madame:  établissons que les personnes susceptibles de se sentir blessées par la formule, ce sont des personnes transgenres. Or, selon les données statistiques nous démontrent que la prévalence du transgenrisme se situe entre 1/10 000 et 1/50 000. Ce qui voudrait dire qu’il y aurait entre 170 et 850 personnes trans au Québec. Un bon nombre d’entre eux ne voient aucun inconvénient à se faire appeler monsieur ou madame et il y en a même qui ressentent une certaine fierté, après avoir traversé avec succès ce cheminement.

Pour le papa et maman maintenant:  le gouvernement ne pourrait plus demander qui est le nom de votre mère et de votre père, mais plutôt qui est votre parent numéro 1 et numéro deux. On parle ici de cas où ce sont des parents de même sexe qui ont des enfants.  Au Canada selon le dernier recensement, il y aurait 73 000 couples de même sexe. En tenant compte que le Québec représente 23 % de la population canadienne, il y aurait donc 16 800 couples gais ici. Selon les données, 8 % de ces couples ont des enfants, ce qui représenterait 1340 couples homosexuels ayant des enfants.

Pourquoi l’exception deviendrait-elle la règle ?

Le gouvernement Trudeau, pris dans le tourbillon a tenté de rassurer les gens en disant ceci :

« Soyons clairs, Monsieur/Madame continuera à être utilisé par (Service Canada). Nous vérifions simplement comment les gens souhaitent qu’on s’adresse à eux. » — Jean-Yves Duclos, ministre fédéral de la famille, des enfants et du développement social.

Le problème c’est que l'on a pas à vérifier la façon dont les gens veulent qu’on s’adresse à eux. Que les personnes qui souhaitent se faire appeler différemment des us et coutumes le disent à l’employé de Services Canada ça me convient. Que l’employé fédéral respecte la personne, c’est tout à fait normal. Mais pourquoi avoir eu le réflexe d’étendre cette logique pour préoccupation qui touche une infime partie de la population ?

Je n’ai rien contre les différentes communautés culturelles, les minorités sexuelles et autres groupes minoritaires. Tout les canadiens devraient avoir droit au respect dans ce pays. Cependant, Justin Trudeau, à trop vouloir défendre les minorités, vient à en perdre le sens commun. Il a réussi à irriter le progressiste que je pensais être, et je ne suis pas le seul. Plusieurs ne se reconnaissent pas dans ce Canada de l’extrême ouverture et de la dictature des minorités. Monsieur Trudeau, vous avez redéfini les standards du progressisme et malheureusement je ne m’y reconnais pas. Vous avez tué en moi le progressiste-conservateur, je suis maintenant conservateur social par votre faute.