/sports/opinion/columnists
Navigation

L’affront de la mairesse

Montréal International
Photo Pierre-Paul Poulin La mairesse de Montréal, Valérie Plante, se fout totalement du baseball majeur.

Coup d'oeil sur cet article

Si les informations sont exactes, la mairesse de Montréal Valérie Plante va snober les invités du baseball majeur, lundi au Stade olympique.

Deux de ses responsables de comités vont la représenter. La mairesse sera occupée à des assemblées du conseil.

On sait ce que ça donne quand des subalternes rencontrent la visite. Justin Sinclair-Trudeau en a fait la cruelle expérience lors de son trip initiatique et folklorique en Inde !

Cette décision de la mairesse me laisse pantois. C’est un affront et un pied de nez aux dirigeants du baseball majeur. Mais surtout, un affront aux grands Montréalais comme Stephen Bronfman, Mitch Garber, Éric Boyco et les quelques autres qui travaillent d’arrache-pied depuis des années pour faire progresser le dossier de la métropole auprès du baseball majeur.

Elle s’en fout totalement

Je suis pantois, mais pas du tout surpris. Le baseball, comme sport et comme industrie majeure en Amérique, la mairesse Plante s’en fout totalement. Dès le jour où elle a soutenu qu’elle tiendrait un référendum sur une implication minoritaire de Montréal dans la construction d’un stade, j’ai compris que le baseball avait perdu un leader obligatoire pour faire avancer le dossier. Pire encore, elle était prête à laisser torpiller le projet.

D’ailleurs, quand elle a abordé ces derniers jours le sujet de la Coupe du monde de soccer et de l’implication de Montréal, pas besoin de vous dire que la mairesse n’a jamais fait allusion à un référendum.

Déjà, la Ville est en train de saccager les efforts de l’administration Coderre visant à assurer la réfection des terrains pour le baseball mineur à Montréal. Et son absence lundi et mardi au Stade olympique est un autre coup de Jarnac de son administration.

Il y a un tout petit espoir. Un membre proche du groupe des actionnaires derrière le retour des Expos explique qu’on a rencontré Mme Plante après son élection et qu’elle avait affirmé qu’elle n’était pas contre leurs efforts.

Autrement dit, bonne nouvelle, votre cancer n’est pas en phase terminale.

Et la Formule 1

Donc, c’est le jour des grandes émotions. Pantois, surpris et j’ajoute inquiet. Voilà que l’ineffable mairesse vient de dire qu’on recommencerait les appels d’offres pour la construction des nouveaux garages et des installations pour les médias et la télé ainsi que les loges du Paddock Club en F1. Ça coûterait trop cher. Je ne veux pas douter du travail de certains confrères, mais les chiffres avancés dernièrement sont un amalgame. La réfection et le remplacement des pontons sur le canal, une affaire de 16 millions, avaient déjà été décidés par la Ville. Inclure ce 16 millions comme un dépassement est un peu tordu, selon mes sources d’information.

Mais n’empêche que la Mairesse Sourire devrait éviter tout retard dans le début des travaux. Le contrat signé par Montréal est très clair à ce sujet et ne comporte pas de clauses dérogatoires. Les garages et les installations doivent être livrés pour le Grand Prix de 2019. Allo la mairie ! C’est dans 14 mois et demi ! Me semble que ce n’est pas le temps de risquer une rupture de contrat alors que la Formule 1 s’est engagée, avec ses millions de retombées économiques, à venir à Montréal jusqu’en 2029.

Encore quatre ans

J’espère que la mairesse va trouver le moyen de concilier l’amélioration du parc La Fontaine et la fermeture du chemin sur le mont Royal avec les grands projets qui font d’une ville une force vive pour une nation et sa population.

Sinon, ils sont plusieurs à Montréal à se dire que, parfois, quatre ans, c’est vraiment long.